mercredi 30 juin 2010

Quoi de neuf ?

Mardi
c'était mon quoi de neuf à moi ...

A deviner

ce qui se cachait dans les copeaux
d'indice en indice


ils ont fini par trouver ... 







des toupies ...





... tournées et polies spécialement pour eux ...



23 toupies donc 
toutes les mêmes
et toutes différentes

pour dire merci
pour le bout de chemin
avoir affronté une, deux ou trois années ensemble
et en être sortis
grandis ...
certains ont joué avec très longtemps
allongés par terre
rêveurs
justement celui qui ne reste jamais assis plus de cinq minutes
pour finir
il l'a soigneusement planquée dans sa poche


et puis
deux toupies à doigt
spéciales
une pour Cécile, une pour moi
tournées dans la même branche.

lundi 28 juin 2010

Cadeau

J'ai eu toutes sortes de cadeaux de fin d'année.
Mais celui-ci, c'est le plus personnel, et le plus émouvant.
Une robe.
Offerte par les parents d'élèves vendredi soir après le spectacle (avec le sac assorti et d'autres petites choses sympas).
La marque bien sûr c'est Coline !
Et elle me va super bien (merci Élodie, trop forte ...)
La photo est floue et mal cadrée.
J'ai pas le temps de bien faire.
C'est que je veux la mettre tout à l'heure, que les enfants me voient avec.

dimanche 27 juin 2010

Nigella

C'est la tuerie du jour : un tiramisu d'été.
J'explique :
- 3 jaunes d'œufs battus avec 500 g de mascarpone + 100 g sucre roux ;
- on ajoute délicatement les blancs battus en neige ;
- on tapisse le fond du plat avec des biscuits à la cuillère trempés dans du jus de fraise (ou de framboise, ou de cerise) additionné de marsala ou de crème d'amande ;
- on recouvre de crème ;
- on parsème de fruits rouges : ici fraises; framboises et groseilles du jardin ;
- hop au frais ;
- au moment de servir, parsemer d'amandes grillées effilées (moi j'ai fait la photo avant).
yummy, yummy ...
PS1. C'est pas une recette de Nigella ...
PS2. A mon avis on peut faire une très bonne version pêches.
PS3. Faire plusieurs couches dans un plat assez haut, en ajoutant des fruits rouges au-dessus des biscuits, ça doit être cool aussi ...

vendredi 25 juin 2010

Fils des âges farouches

Regarde maîtresse !
J'ai fabriqué un coutelas !

L'alpha et l'omega

J'ai vu le loup.
Oui.
Et aussi, j'ai encore appris sur la hiérarchie de la meute.
Le couple dominant, celui qui a le droit de se reproduire, on l'appelle le couple alpha. Ce sont leurs multiples manifestations de tendresse qui les lient et renforcent leur attachement. Comme nous quoi, un truc banal de mammifère.
Les autres, ce sont les louvards (moins d'un an), et les lambdas.
Et tout en bas du bas de la hiérarchie organisée en dominant dominé, c'est le loup, ou la louve, omega.
Autrement dit, le souffre-douleur.
Quand il y a des tensions dans la meute, ben, c'est l'omega qui prend. Quand il n'y a pas assez de nourriture, l'omega, en bout de chaîne, ne mange pas.
C'est un membre à part entière de la meute : il chasse, il protège les louveteaux.
Mais parfois, il en meurt aussi.
La raison, parce qu'il y en a une, c'est la protection de l'intégrité de la meute. Pas de bagarre entre les individus, seul le souffre-douleur s'affaiblit.
D'abord, dans la salle de muscu, pendant le cardio, ça m'a renvoyé au nouveau testament. "Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier", c'est-à-dire Jésus, considéré comme étant au début et à la fin de tout.
Puis, mais ça c'est à cause de la piscine, j'ai repensé à un article que j'avais lu, sur les indiens Zoé d'Amazonie. Ils vivent nus, libres, en clan bien sûr. En cas de tension, il y a quelqu'un qui est chargé de venir chatouiller les esprits belliqueux.
Enfin quand je dis les esprits, ce sont plutôt les corps.
Parce que ce sont de vraies chatouilles, qui font rire, et qui délivrent.
Alors du coup, mon esprit est revenu à ces deux adages : "'homme est un loup pour l'homme" (Nietzsche) et "le rire est le propre de l'homme".
Et là, ce matin, ça me paraît comme une évidence qu'on a inventé le rire pour éviter les querelles et calmer la douleur.
En prison par exemple, ça ne rigole pas beaucoup. Enfin, pas vraiment. Et justement, il y a souvent un détenu omega. Et aussi, dans les classes où ça ne rigole pas, il y a un élève omega.
Alors, jusqu'à aujourd'hui, je me disais toujours que les deux plus belles inventions de l'histoire de l'humanité, ce sont la parole, et le zéro. Mais pour avoir une jolie moyenne, il faut pondérer avec le rire.
Aussi.
 
PS1. Alpha c'est la première lettre de l'alphabet grec, et omega la dernière. 
PS2. J'ai aussi remarqué que les loups ne jouent pas au foot.

mercredi 23 juin 2010

Anti limaces

Morena



Suggéré par Jacquot
il a écrit "Morenica" t'irait très bien...
la langue c'est du ladino, celle des juifs sépharades, un mélange d'hébreu et d'espagnol
l'équivalent méditerranéen du yiddish des ashkénazes.

ça veut dire :

Ils m'appellent brunette


je suis née blanche
mais le soleil de l'été
m'a faite ainsi


dans mes yeux un feu brûlant
mon cœur est tout entier à toi


s'ils m'appellent encore ainsi
les mariniers
je les suivrais
ceux qui descendent vers la mer

s'il m'appelle encore ainsi

le fils du roi
je le suivrais

Et il m'a dit aussi d'écouter Shir Preda
cette fois c'est de l'hébreu
une chanson d'adieu :

ça veut dire :
Et maintenant qu'elle est avec quelqu'un d'autre 


je n'ai d'autre choix que de la laisser s'en aller
je l'ai aimée, je l'ai tellement aimée
mais je ne suis pas avec elle

l'amour est si décevant, j'en ai été aveuglé,
je n'ai rien vu, je la voulais juste,
son regard dans mes yeux m'a fait oublier,
qui je suis, et quel est mon destin

je ne vais pas attendre plus longtemps,
je vais aller à la mer, face au soleil,
parce que sa lumière s'est éteint en moi
un futur amour m'attends...


Tout ça est sur son dernier album, Aurora.

mardi 22 juin 2010

dimanche 20 juin 2010

Troisième mi-temps

Cellule de dégrisement
après une soirée avec Zahia.


Bon, oki, c'est la dernière, après j'arrête...
je voudrais pas achever le pauvre Franck.

Merchandising

Les nouveaux must have
des supporters
de l'équipe de Brêle :

Blaireausphère



Sur le net, on ne parle que de ça
on a retrouvé la trace d'Anelka
et
THE SCOOP
il a déjà écrit ses mémoires !
(hé hé l'Équipe, je t'ai grillé ! C'est LE traître qui m'a informée ...)
Et même, Luc besson vient de racheter les droits pour le cinéma ...


Évidemment, jaloux, Raymond Domenech a absolument tenu à publier sa propre version des faits :



De l'abus de foot et autres billevesées


Aveuglé bien trop tôt par les projecteurs des stades, alors qu'il n'était même pas fini, Nicolas Anelka n'a jamais brillé par l'élégance de ses propos. Quant à celle de son jeu .... on se demande encore pourquoi on se l'arrache à prix d'or, entre son caractère détestable, sa suffisance et son jeu totalement inefficace... même bien emballée avec que de la marque, il restera toujours un petit merdeux impoli, mais bon, il doit y avoir un public pour ça, très certainement.
Surtout que, vertu non négligeable des clônes ratés de Zizou (qui lui se serait contenté d'un tout petit coup de boule de rien du tout ),  il fait rêver la banlieue, qui, pendant ce temps là, ne crame pas les voitures.
Quant à l'esprit avisé qui a décidé de publier cette une, au nom de la sacro-sainte liberté d'information, vraiment, il doit être félicité pour le courage de ses opinions. On peut dire que la liberté de la presse a progressé aujourd'hui d'un grand pas.
Juste, je sens comme ça va être en vogue dans les cours de récréation cette expression.
Enfin, c'est pas grave, je dirai à mes élèves de chercher le mot sodomie dans le dictionnaire ....
Et puis alors je viens de voir le pauvre Ribery pleurnicher sur TF1, parce qu'il souffre.
Ouaip, mesdames messieurs, figurez-vous que ça souffre dans l'équipe de Brêles.
C'est sûrement un effet collatéral du poids des couilles en or ...
Aaaaaaaaaalors les gars, un petit conseil, sortez vous doigts du cul, vous verrez, ça soulage !... (ben quoi ? je m'adapte ...)
---------------------
Bonus track, la blagoùNet du jour :
Devant le juge aux affaires familiales, dialogue avec le fils des candidats au divorce :
- veux-tu aller vivre chez ton père ?
- ah non, il me bat !
- chez ta mère alors ?
- ah non, elle me bat aussi ...
- alors où ?
- ben avec l'équipe des Bleus, parce qu'elle au moins, elle bat personne .

vendredi 18 juin 2010

jeudi 17 juin 2010

Déclaration

Mon cher Trésor,

Pendant que certains s'empiffraient de cahuètes épongées à la roteuse, devant le match de l'équipe des Blue Brêles Boys (lesquelles se sont fait niquer au pénalty, après s'être fait mettre d'un dribble par des petits haricots mexicains, va falloir trouver autre chose pour nous tenir en haleine pendant que le prix de la benzine grimpe aussi vite que les eaux dans le Var), je me suis occupée de cette déclaration que tu me réclames chaque année pour t'assurer de mon amour républicain sans concession.
Or donc, ce soir encore, ce sont les bras en croix que je me suis acquittée de mon devoir contribuable. Même pas besoin de simuler : je constate que, en dépit de mes efforts pour travailler plus afin de crever plus tôt (et donc de coûter le moins cher possible au système de retraite par répartition), je ne suis toujours pas imposable.
Par les miracles du barème des allocations familiales, j'ai perdu à peu près toutes les petites grattes qui mettaient des épinards, même pas bio, dans l'assiette : allocation de rentrée scolaire, bourses pour la cantine, tarifs allégés des tickets sports, etc.
Et pourtant non, je ne suis toujours pas imposable.
Je dirais même plus : le génial calculateur qui a enregistré my last minute souscription me fait savoir que tu vas généreusement me rembourser la somme de 68 €.
Je me demande bien ce que je vais pouvoir en faire, ça ne couvre même pas un trimestre de cantine.
Sans compter que, chaque année, alors que c'est TOI qui me payes, tu viens me demander, par tirage au sort paraît-il, des précisions sur ci et ça, des fois que je t'aurais grugé, je ne vois pas trop comment du reste.
On peut dire que la chance m'a souri : j'ai été tiré au sort à chaque fois. Et à chaque fois tu m'as réclamé des papiers que tu avais déjà.
Alors cette fois-ci, je me permets d'ajouter à ma déclaration, une petite note personnalisée : y a que ceux qui sont pétés de thunes qui grugent vraiment. Tâche de t'en souvenir et de remettre leurs noms dans le chapeau. Parce que les autres, les comme moi, on se contente de survivre.
Alors fais pas chier.
Merde.


mardi 15 juin 2010

Références communes








C'est pas facile d'être belge en ce moment





La drache, c'est la pluie.

Jeudi 24 juin grève interprofessionnelle

Mon cher Nicolas, mon cher Luc,

On a tout bien fait comme vous aviez dit : classes surchargées, ingurgitation du programme par gavage, mise en difficulté inutile des élèves, allongement de la journée pour ceux qui ne tiennent pas les 6 heures, suppression de 12 heures par mois pour tous les autres, métier dévalorisé, ordres, contre-ordres, on n'est pas parti en formation, on a fait une croix sur les mutations, on a laissé croire aux parents que le Rased existe encore, mais qu'on est trop feignasses pour remplir les imprimés.

Malgré cela, on est bien désolé, mais les élèves ont réussi à apprendre à lire -les fourbes, ils doivent bosser en cachette-, à écrire, et à compter, et plus si affinités : il y en a même qui ont réussi à s'éclater, mais on jure que nous, on ne voulait pas.
Ce qui fait que pour les éval, -vraiment vraiment, on s'excuse- ça ne va pas être possible d'avoir l'air aussi minable que c'était convenu.
 Mais l'an prochain, on fera pire, c'est promis. Déjà, ma collègue Germaine, incontinente depuis ses 70 ans révolus, a de plus en plus de mal à se déplacer jusqu'aux sanitaires (assez peu sains d'ailleurs, soit dit en passant) qui sont assez souvent occupés, vu qu'on n'en a que 2 pour plus de 50 personnes. Et grâce à l'accueil permanent de sur-effectif, sa classe est désormais trop exigüe pour que nous puissions y laisser le seau qui servait en cas d'urgence (non, non, pas pour les arts plastiques, on n'en fait plus, vous pensez bien ...)
Quant à moi, depuis que le maire a décidé de ne pas mettre l'établissement aux normes pour qu'il puisse fermer plus vite -vu que c'est moins onéreux et plus visible d'investir dans le fleurissement de la commune- j'éprouve les pires difficultés à me mouvoir dans cet environnement hostile. Et je crains fort qu'à 80 ans cela n'aille pas en s'arrangeant.
Loin de nous l'idée de plomber les comptes de la CNAV en faisant valoir nos droits à la retraite. Du reste, Germaine et moi nous interrogions à midi, en déjeunant -oh, bien frugalement croyez-le- debout devant la photocopieuse : des droits, en avons-nous encore ? Mais nous restons fermes sur les devoirs, et fières d'appartenir à la France qui bouge, heu, comment dire ?..... encore ?
Du coup, si vous pouviez intervenir auprès des services sociaux pour une mise à disposition anticipée des déambulateurs que vous nous aviez promis pour services rendus, ce serait tout à fait à propos.
Comptant sur votre soutien - non, pas financier, on n'est pas complètement séniles quand même- , nous vous prions de croire, Chers, très chers, Nicolas & Luc, à l'expression de ce dévouement que vous nous avez mis profond.

Le conseil des maîtres

Instrument à anche

- Cette dent là, maîtresse, elle a interdiction de bouger jusqu'au 2 juillet.
- Ben pourquoi ?
- Parce que si elle tombe, c'est fini la clarinette !

lundi 14 juin 2010

Deep true love song



Spéciale dédicace to Cécile
J'en profite pour rappeler que la version originale est de Léonard Cohen, mais j'aime mieux celle-ci.

dimanche 13 juin 2010

Le syndrome d'Emma

Elle s'était mariée quelques années auparavant. Une éternité, surtout quand, après le meilleur, elle s'installa dans le pire.
Au début, elle se croyait heureuse. C'est que sa vie était bien remplie, sous les yeux d'une province à l'affut de tout signe extérieur de paraître. Entre l'aménagement de la maison, son travail, les petits dîners entre amis, elle n'avait pas le temps de s'ennuyer.
Son mari ne cachait pas sa fierté. Elle savait conduire son ménage, recevoir comme il faut.
Noël, Pâques, tout était bien. Conformes à la tradition, à la religion, à ce qu'on est sensé attendre de la vie maritale.
Là-dessus, ils firent des enfants.
Ils les firent très banalement : en polarisation horizontale, au bon moment, choisi par elle, vu qu'elle ne voyait pas en quoi s'y reprendre à plusieurs fois aurait pu être un tant soit peu excitant. Les élever fut un genre de joie oui, mais la vie n'en devint pas plus passionnante pour autant. En tout cas, rien qui ressemblât aux histoires des livres de son enfance. Ni fièvre, ni désir, juste la monotonie confortable et amère du quotidien, une somme d'habitudes.

Ils ne se parlaient pas.
Enfin, au début oui. Ils partageaient des espérances qu'ils croyaient communes. Et quand l'un ou l'autre s'apercevait des dissonances, il les ignorait délibérément, confondant compromis et renoncement. Par la suite, les conversations servirent à régler les détails du ménage, mais ils ne se disaient rien. Rien de ce qu'ils attendaient, rien des déceptions. Faute de réglages et d'ajustements, leur vie monotone s'enterra à l'ombre du mur des non-dits.
Elle en fut très malheureuse, s'égara dans des rêves romanesques de mystère et d'élégance et en devint désespérément romantique. Irritée, irritable, la banalité affligeante de sa vie conjugale lui pesait. Elle fit l'expérience de la mélancolie.
Et aussi de la culpabilité.
Car oui, tout dans son éducation religieuse et son milieu bien pensant lui interdisait les pauvres petits fantasmes dont elle eut pu se nourrir. Rêver d'un amant, c'était mal. Ne pas sourire alors qu'elle avait tout pour être heureuse, c'était pire.
Elle aurait pu quitter le giron familial, mais qu'auraient dit les autres ? D'autant que, si elle y faisait partie des meubles, en société, c'était un peu différent. Oui, en public, son époux prenait un air de propriétaire en posant sur elle le regard et la main. Ce qui fait que personne n'était sensé se douter du vide sidéral de leur vie affective.
Oui
qu'auraient dit les autres ?
--------------------------------------
Alors elle fit la seule chose possible.
---------------------------------------
Elle ouvrit UN BLOG !
Elle y posta ses recettes de gâteau, les photos de son jardin, ses petites joies, ses grandes contrariétés. Des pensées lénifiantes baptisée « proverbes » dont elle avait plusieurs recueils. Elle s'y fit des amis. Et même, elle s'y fit un projet d'amant. Chaque post était un genre de message perso, étant entendu que, si pour tous il prenait sens, ce n'était pas celui qu'elle y mettait. Ce truc banal qu'est le décalage entre l'intention de l'émetteur et l'émotion du récepteur, se trouve singulièrement majoré par l'oral écrit des journaux pas intimes.
Si vous voyez ce que je veux dire.
Toujours est-il qu'elle était sûre qu'il venait voir
qu'elle était sûre qu'il comprenait
qu'elle était sûre qu'il l'attendait.
Toujours est-il que, de chaque silence éloquent, elle tirait une conclusion grandiloquente, digne des bonnes feuilles de Barbara Cartland.
Toujours est-il qu'elle se construisit un roman d'amour sans sexe.
Toujours est-il qu'elle y passait beaucoup de temps, ce qui lui évitait d'avoir à affronter le morne face à face vespéral des couples sans vie intime.
Et puis bien sûr, elle s'acheta un canard.


La p'tite Bill elle est malade Alain Souchon

Benjamin Husson | MySpace Vidéo



Bah oui, le Flaubert, il doit se retourner dans sa tombe. Mais bon, s'il avait connu mai 68, le minitel, internet, meetic, les speed dating, l'amour est dans le pré et tout et tout, franchement, vous pensez vraiment que Mme Bovary se serait finie à l'arsenic ?

37°2 à l'ombre

Hier c'était bal du département des musiques trad du conservatoire de la Creuse
Cool
Les invités, c'étaient François Breugnot, son violon, Christian Frappa, ses chaussures
grand musicien
grand danseur
ils ont un spectacle, ça s'appelle 37°2 à l'ombre :



C'est sur le rapport entre le musicien et le danseur. Vu pour la première fois, il y a deux ans, dans le Morvan. J'avais adoré et du coup, proposé qu'on les fasse venir.



J'ai été très contente de les revoir, surtout qu'avec le temps, la performance est monté d'un cran, et même plusieurs. C'est plus interactif, drôle, présent.
Bref, la classe quoi.
Et en plus j'ai pu chanter tout ce que je voulais.
Encore mieux.
Quand on est rentré, contrôle d'alcoolémie (négatif, of course), gendarme de la salle de muscu.
Rigolo.

samedi 12 juin 2010

Voyage

J'aime les chanteurs à minettes
qui écrivent de vraies histoires
celle-ci, je l'ai entendue à la piscine ce matin.

vendredi 11 juin 2010

J'ai vu ça :



Ils sont à l'ouest, en marge,
c'est drôle
mais c'est poignant aussi
les entretiens pour le boulot
l'expulsion
dormir où on peut
se trouver nul
s'aimer
des répliques prêtes à devenir cultes
"Quel est votre principale qualité ? Je dirai ... le doute !"
"Si je saute là, tu me rattraperas ?"
" Qu'est-ce que vous avez fait depuis 2004 ? J'ai beaucoup lu !"
Les acteurs sont
justes comme il faut
et puis la musique, c'est le groupe Hey Hey My My (titre d'une chanson de Neil Young), un groupe rock français, leur myspace est là :
http://www.myspace.com/heyheymymyband
allez voir, c'est bien,
la preuve :


Les vaches elles sont limousines non ?

jeudi 10 juin 2010

Effet maître

- Maîtresse, maîtresse, il m'a dit que j'étais un gros con !
- Aaaaaaaah non ! C'est pas vrai ! J'ai pas du tout dit qu'il est gros ....
Punaise, ça me fait peur.

Piqûre de rappel

Je viens de recevoir ça
et je suis d'accord pour publier,
vu que,
la liberté d'expression,
c'est comme le droit de vote,
ça s'use surtout quand on ne s'en sert pas...

"Monsieur le Président de la République

Avec tout le respect que je vous dois dû à votre fonction, je me permets de vous adresser ce petit présent : un croc de boucher. Ce n'est pas pour y suspendre Monsieur Dominique de VILLEPIN et n'a rien à voir avec les balles de 9mm qui vous ont été adressées anonymement. Moi, je vous dis qui je suis, et pourquoi je vous adresse cet objet.

En temps que médecin de campagne, je suis tous les jours au contact de la France « d'en- bas », des agriculteurs, des artisans, des professions libérales, des commerçants, des employés salariés qui doivent travailler toujours plus pour en fait gagner de moins en moins.

Je côtoie aussi des personnes au R.S.A. qui travaillent au noir, arrivent à toucher de nombreuses allocations diverses et variées et qui en fait ne payent pas d'impôts et s'en sortent beaucoup mieux que ceux qui sont au SMIC, et qui travaillent 7 H /jour, et bien mieux que de nos agriculteurs qui eux travaillent plus de 60 H/ semaine et 365 jours par an et qui parfois sont obligés de fréquenter les Restos du Coeur pour nourrir leurs enfants.

Et que dire de nos retraités qui ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts.

Tous les jours, je mesure la température de la population de notre canton et, je ne sais si c'est une conséquence du prétendu réchauffement climatique, mais la température monte, monte lentement mais sûrement et un jour cela va éclater. Je pense que c'est comme le « big one » sur la faille de San Andréa : on sait que cela va arriver mais on ne connaît pas la date.

C'est ce que je perçois sur le canton de Cazals et aussi ce que je pressens dans les autres cantons de France.

Il serait dommage que notre Pays qui est au bord de la faillite,faillite en grande partie liée à l'incompétence et à la corruption de nos énarques, soit victime d'une troisième révolution qui achèverait de le ruiner.

Comme en 1789, la Révolution pourrait éclater pour une parole de trop : en 1789 ce serait Marie-Antoinette qui l'aurait prononcée « Ils n'ont plus de pain alors qu'ils mangent de la brioche ». L'ENA n'existait pas mais déjà nous avions une énarque qui ignorait comment se faisait le pain et la brioche : aucune réalité de la condition de vie des gens sur le terrain.

C'est peut être pour éviter cela que nos énarques et hommes politiques font de longs discours qui nous endorment et ne veulent plus rien dire : au moins cela évite de mettre le feux aux poudres et ils se sont fait plaisir en alignant des mots mais aucune idée.

Nous sommes en présence d'un Etat qui devient de plus en plus inquisiteur envers ses citoyens, de plus en plus répresseur envers les honnêtes gens, de plus en plus laxiste pour les voyous : auriez-vous peur des voyous Monsieur le Président?

Pourtant ce sont les honnêtes gens qui feront la prochaine révolution parce qu'ils en ont assez que 1789 ne serve à rien et qu'ils ne soient bons qu'à payer des impôts. Je pense, en tant que médecin, que la révolution c'est comme le vaccin : de temps en temps il faut des rappels.
Il y a trop longtemps maintenant que le dernier rappel a été administré. Après le dépistage des délinquants à l'âge de 3 ans, la taxe carbone qui épargne les plus pollueurs (vos petits copains), les radars «pompes » à fric, qu'allez vous nous pondre : le rétablissement des lettres de cachet ? Pourvu que je n'en sois pas la première victime !

Vous êtes en train de nous faire une France à l'Américaine. Mais pas celle d'Obama ! Celle de Bush, marionnette de la C.I.A., des lobbies de l'industrie et de l'armement. Votre idole était G.W. Bush : cela «crevait les yeux. L'Europe géographique avait un pays à la botte des américains (l'Angleterre), maintenant elle en a deux. Lors de l'invasion en Irak, par les américains, je devrais dire par la C.I.A. et les industriels de l'armement et accessoirement G.W. Bush, Jacques CHIRAC a eu probablement la meilleure initiative de ses mandats : ne pas y aller.

Sil n'en avait pas été ainsi, je pense que notre pays, qui compte 1/6 de musulmans explosait de l'intérieur
En médecine il y a un dicton qui dit « primum no nocere » - d'abord ne pas nuire- et il a su l'appliquer. Vous êtes, lentement mais sûrement, en train de transformer le pays en dictature car vous avez l'esprit d'un petit dictateur ; il existe une grande similitude entre vous et Napoléon III dit Le Petit (dixit Victor Hugo).
Mis à part quelques ministres, vous vous êtes entouré (mais cela est peut être voulu) d'incompétents notoires qui n'ont aucune réalité du terrain, comme par exemple Madame R. Bachelot qui nous a montré ses talents dans la gestion de la « grosse » épidémie de grippe A.
Heureusement que le virus H1 N1, quant à sa virulence, n'avait rien à voir avec le H5 N1, auquel cas elle aurait participé à décimer le pays : elle aurait peut être résolu le problème de chômage en créant un maximum d'emplois...dans les funérariums.
Il y a un proverbe qui dit « au royaume des aveugles, les borgnes sont rois » : je crains que vous l'ayez fait vôtre. Mais au fait, cette épidémie de grippe, n'était-ce pas une diversion, pour faire parler d'autre chose que de la crise ce qui aurait risqué d'échauffer les esprits ? En vous adressant ce présent, je ne fais pas de menaces, je m'inspire un peu de vous - après tout c'est vous qui en avez parlé le premier, du croc de boucher - Je fais seulement de la prévention.
Il serait en effet regrettable que votre absence de bon sens, votre éloignement de plus en plus grand de la France « d'en bas », comme avait dit Jean Pierre Raffarin, vous conduise à vous y trouvé suspendu par le peuple, ou pire encore, que la Guillotine, reléguée au musée par Robert Badinter, reprenne du service et fonctionne au rythme qu'elle a connu sous la Terreur.
Je vous rappelle que vous êtes le Président de tous les Français même si tous n'ont pas voté pour vous et que vous avez été choisi pour vous occuper de notre Pays, pas pour l'anéantir. Je suis un libéral, mais je suis pour le libéralisme choisi et non subi et imposé.

Vous êtes en train de créer un système de santé à l'américaine, c'est-à-dire à deux voire trois vitesses, alors que Monsieur Obama lui veut faire machine arrière et rendre l'accès aux soins à tous les Américains qui en étaient exclus. Vous êtes en train d'anéantir l'enseignement qui est le type même d'investissement à long terme où l'on dépense aujourd'hui de l'argent (nos impôts) qui sert à former les cerveaux qui feront l'élite intellectuelle de demain
Les pays nordiques comme la Finlande l'ont bien compris. Avec la suppression du juge d'instruction, vous êtes en train de créer une justice aux ordres du pouvoir : la France va devenir une République Bananière si elle ne l'est pas déjà.

A l'allure où vous allez, la France sera le premier pays sous développé d'Europe : plus d'université, plus d'hôpitaux, plus d'industries, plus de services publics, plus d'agriculture.,. une réserve de gaulois pour touristes étrangers tout au plus.

Attention ! Les Gaulois à l'image d'Astérix et Obélix pourraient bien entrer en Résistance ...
"
--------------------------------------------------------------------
Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

--------------------------------------------------------------------

Dans 15 jours j'adresse cette lettre à N. Sarkozy accompagnée de son "cadeau" le crochet de boucher.
diffusez la à un maximum de vos contacts, qu'elle fasse le tour du pays.
Si un maximum de gens sont informés je ne risque rien.

Je compte sur vous et ............ Vive la liberté d'expression!!!!!

Docteur Christian SADEK
Médecin généraliste
Les Prades
46250 CAZALS
PS. J'ai vérifié, ce monsieur est vraiment dans l'annuaire ...

mercredi 9 juin 2010

Les aventuriers du point G perdu



Y a plus de produit

Là,
c'est la fin de l'année
perso je baisse un peu la garde
j'ai du mal le matin, mais aussi le midi, et le soir
bref
la vigilance s'émousse un peu.
Les enfants aussi sont fatigués,
et donc
énervés
et énervants.
Ce qui fait qu'après moult :
"Maîtresse, elle m'a dit que j'étais une vraie peste", "Maîtresse, il m'a dit que je suis chiant" et autres amabilités récréatives,
quand il est venu se plaindre "Maîtresse, il m'a dit que je suis un gros con"
j'ai lâché : "Oui, ce n'est pas gentil, tu n'es pas gros du tout".
Trop facile, vu qu'il a sept ans, il est parti plutôt content de mon indignation.
Et moi j'ai ri nerveusement, mais c'est mal.
Oui, très, très vilain.
Mais là
j'avoue
y a plus de produit.

No limit

Il faisait un temps affreux
alors
je suis allée voir un film affreux,
avec et par Julie Delpy,
tiré d'une histoire vraie, celle d' Erzsebet Bathory, comtesse hongroise, du XVII ème siècle.


Alors
c'est en effet pas mal sanglant, mais pas trop trash quand même.
L'histoire, une légende quasiment, je la connaissais : elle a, pour préserver sa jeunesse, après une déception amoureuse, sombré dans la folie et pris des bains de sang de jeunes vierges, prélevées sur son domaine et dans les environs.
Jugée, condamnée, elle finit ses jours seule, emmurée dans son château.

Mais ce que j'en ai retenu moi, c'est qu'Élisabeth est intelligente, instruite, puissante, et très, très, indépendante. Une femme qui compte, dans un monde d'hommes, où les femmes ne comptent pas. Protestante qui plus est. Alors oui, très certainement, personne ne lui a jamais expliqué quelles étaient les limites du pouvoir.
Cependant on s'interroge sur un procès où tous les témoignages sont conduits sous la torture, et instruit par des hommes à qui sa puissance porte sérieusement ombrage et qui, du reste, se partageront sa fortune.
Au final, on ne sait pas si l'histoire n'est qu'une légende issue d'une machination politique, ou un fait divers comme l'époque a su en produire : une femme de tête qui perd l'esprit.
J'ai bien aimé, aussi à cause de Daniel Brühl, trop trop mignon, que j'avais déjà remarqué dans Good bye, Lenin ! (que j'ai adoré) et Inglourious Basterds pas mal gore aussi.

samedi 5 juin 2010

Diva des parquets

Et puis une idée en entraînant en une autre :





Et comme moi aussi je vis pour ça
chanter
et voir les gens se lever
et danser
c'est le même petit miracle à chaque fois ...
Alors ça me touche
forcément.
Ce soir 20h00 mini bal, salle de l'ancienne mairie à la Soute
le 12 juin, bal de l'école de musique à Pontarion
et puis tout l'été,
sur les scènes ouvertes des festivals trad

Réminiscence

J'étais dans le jardin
il faisait chaud
je sentais la sueur dessiner mon dos
et ça m'est revenu

vendredi 4 juin 2010

Sur le fil

J'aime l'école
surtout en ce moment
même si je suis un peu à la rue tous les matins quand il faut se lever
parce que Cécile et moi
on a de nouveaux projets professionnels pour l'an prochain déjà
et que c'est chouette de faire un métier où tu peux changer et rester à la fois

aussi parce qu'après la pression
on se lâche un peu
on profite du soleil pour travailler hors les murs
ce qui est vital quand on a des locaux exigus
on fait anglais tous les jours
(j'avais promis, pour rattraper)
ça avance bien

et puis chaque soir
je reçois les parents de mes CE1
comme ils sont fiers d'eux
c'est bon à voir

et enfin
tous les jours à 14h15, on ouvre la classe aux parents qui veulent
pour aider à préparer la pièce de théâtre
c'est un peu la surprise
j'ouvre les ateliers en fonction de qui est là
hier c'était papier peint carottes au pochoir
et couture des numéros sur les T-shirt des 7 chevreaux
(oui, parce que ça fait un moment que j'ai décidé de ne plus faire ces trucs là moi-même)
pendant ce temps
j'ai pu continuer à préparer le matériel pour les masques
et juste
j'entendais l'ambiance
comme ça ronronnait
et parfois ça s'agitait un peu
après
je suis sortie en récré
et quand je suis rentrée
tout était propre et rangé

et on a pu répéter

no stress

jeudi 3 juin 2010

Wood bracelets


C'est doux et lisse
comme tu connais la personne qui les a tournés
déjà
ce n'est pas du tout pareil qu'un truc qui vient d'un magasin
tu les effleures distraitement quand tu parles, quand tu lis,
ce n'est jamais froid comme du métal
ça sent bon, surtout celui en bois de cade
et quand tu bouges ça sonne mat un peu
tu as l'impression d'être accompagnée par de petites claves
et puis c'est joli,
regarde, le prunier se perdre en vagues roses ...

Devinette



Quel album mis en espace cette année ?

On peut s'en passer


surtout en V.F.
sauf si on est bien accompagné
évidemment