vendredi 31 août 2012

Oui je recommanderais ce produit à une amie...

Call me armoirenplasticator !

Quand j'ai déballé les cartons
mon fils s'est foutu de moi
"- Ah, ah, jamais tu n'arriveras à monter ça toute seule..."

Je suis restée stoïque
et j'ai soigneusement déversé la multitude de petites pièces noires et grises en plastique dans une bassine.

Deux heures après
j'avais non seulement monté les deux armoires
mais je les avais aussi installées en bonne place
- seule, elle sont très légères -
avant de vider et ranger les paniers de plages et autres sacs de sport
qui encombraient dans ce coin
une vieille demi-table de ping-pong toute pourrie.

Le petit morveux de peu de foi était juste venu m'aider à déplacer ladite table -qui pèse le poids d'un âne mort -
dehors en attendant qu'on puisse l'emmener à la déchèterie.



Comment ce miracle a-t-il pu s'opérer
sans supplique à l'adresse de gros bras musclés
et
sans même utiliser la visseuse-dévisseuse
-avec laquelle je ne suis autonome que depuis la semaine dernière seulement - ?

Très simplement :
chaque série de pièces est gravée d'un code
repris dans la notice de montage,
et chaque élément -petit ou grand- se clipse sur un ou plusieurs autres.

Hyper facile
et fonctionnel
nettoyage avec un coup d'éponge
49 euros (l'une) en promo chez Monsieur Bricolage
le seul bémol : chacune des trois étagères intérieures ne supporte que 15 kgs,
donc interdit pour les livres ou les papiers à mon avis. 

jeudi 30 août 2012

Sérendipité

Je venais juste de terminer la voie du garuda, son équanimité, la joie naturelle de l'esprit.

J'attaquais la voie du dragon, qui, avec confiance, examine tout à l'aune d'une sagesse profonde.

Je crayonnais une petite carte mentale sur la troisième de couverture, en me remémorant les  chapitres lus avant mon départ,
le sens de l'effort du tigre, sa vigilance et son discernement,
la discipline du lion

je me disais que ce n'est pas gagné
question effort et discipline

vu que je ne coussine pas beaucoup en ce moment

et que l'essentiel de mon effort de ces derniers jours a consisté à colorier les prochaines vacances sur mon agenda
avant de compter le nombre d'étapes qui me seront encore nécessaires pour atteindre Santiago

quand le téléphone a sonné.



... petit blanc à l'antenne
"- Oui, je vous écoute...
- Je m'appelle Clorinde Cora....
- Clorinde ? Ah ben oui, je te reconnais quand même.."


ça faisait longtemps qu'on ne s'était pas fait signe
mais on n'oublie pas Clorinde et son camion

surtout pas moi
à qui elle a appris
sans douleur
le sens du mot art...
et surtout, que j'étais capable d'en faire
de l'art qui ne soit pas du cochon...




Clorinde Coranotto
m'annonce qu'Art Nomad,
l'association de plasticiens que c'est nous le Limousin qui l'avons (pour une fois...)
va sortir un livre
et me demande si je veux bien écrire dedans

un peu mon neveu que je veux

même pas la peine de faire ma bégueule en n'en laissant rien paraître
avec Clorinde on sait qu'on peut dire oui tout de suite
et ça tombe bien
j'ai envie d'écrire 



elle me propose de m'envoyer la maquette par courriel
la deadline c'est fin septembre
puis elle ajoute qu'elle vient à Guéret demain
elle a rendez-vous avec un collègue

où ça ?
dans l'école où je travaille tous les matins de cette semaine
évidemment
what else ?

alors on se voit demain
et qu'est-ce que je suis contente...


Édit : ma première réalisation plastique avec Clorinde, il y a neuf ou dix ans de ça. Elle est encore dans mon bureau, et je m'en sers toujours.
La consigne c'était de représenter le trajet de chez nos à son atelier. J'avais choisi une boîte, parce que j'aime bien... les boîtes !

mercredi 29 août 2012

Marche légèrement, marche comme Catherine...

J'ai rencontré Catherine sur le chemin
elle avait un bourdon de bois
un chapeau
le sourire
mon âge

elle est douce et mesurée
attentionnée
croyante
bref tout le contraire de moi

elle s'arrêtait pour regarder les jolies choses
et du reste
elle a un certain regard
comme on le voit sur ces clichés qu'elle vient de m'envoyer






quand on partait ensemble le matin
je la voyais glisser devant moi
puis s'éloigner doucement
on se retrouvait au refuge

quand parfois
en plein cagnard
je me surprenais avachie sur mes bâtons de marche
à perdre un peu courage
je me disais
"Allez, redresse-toi
marche légèrement, marche comme Catherine..."
et je reprenais une vie.

***
J'en profite pour vous donner des nouvelles de Trudy et Rens
qui sont à trois jours de Burgos
il fait très chaud
il y a beaucoup de monde
comme dirait Catherine
"là les pèlerins ne se comptent pas sur le doigt d'un pied...."
contrairement à la voie Lemovicensis


Willy & Anita sont bien rentrés en Belgique
et ses pieds sont sauvés.

lundi 27 août 2012

J'y retourne

mais c'est que le matin
et je trouve que la vie est belle
parce qu'il reste encore cinq après-midi
pour aller aux lacs



dimanche 26 août 2012

Balloche


Ce lundi 27 août
à 20h30
à Bussière-Dunoise (23)
dans le cadre de la fête patronale annuelle
concert gratuit
puis mini-bal trad
par la Compagnie d'un soir

Laurent Papon (violon alto) - Caroline Milley (accordéon diatonique) - Vincent Péchenart (violon) -
Bertrand Ruscassie (clarinettes) - Olivier Philippson (accordéon chromatique et guitare) - Loïc Wioland (percussions)


mouai
les bals un lundi
j'y vais plus
finalement c'était payant
- 7 euros quand même -
ça a commencé à 21h30
on était que trois danseurs
et après le concert
le bal était vraiment .... mini : deux morceaux...

samedi 25 août 2012

Pré-rentrée

Pour moi la rentrée c'est lundi
cinq jours de stages de remise à niveau des CM2.
J'ai déjà les sacs
achetés chez Petits d'hommes,

la boutique de Géraldine et Nelly
9, rue Jules Sandeau à Guéret.

Lui
ce sera mon sac à main pour l'école
brodé en principe d'un prénom d'enfant
(existe en plusieurs modèles et couleurs)
là avec le nom de mon blog.
Je vais devoir l'aménager un peu,
parce que je ne peux glisser que deux doigts dans l'anse prévue pour les petites mains
et qu'à mon avis, les bretelles vont être un peu justes...
je vais les remplacer par une bandoulière.


Et lui
c'est le gros truc increvable mais girly
pour les livres, les classeurs, la grande ardoise blanche,
et tout le matériel que je me trimballe.
En plus le dessus est zippé, 
donc à l'abri quand il pleut ...
Ce grand modèle ne coûte que 14,90 € 
il existe en différents tailles, formes et imprimés
et dans le même esprit, on trouve aussi de chouettes sacoches d'ordi.




 

Anti-inflammatoire

Depuis quelques mois,
j'ai largement diminué ma consommation de laitages de vache
mais aussi de farine de blé et de sucre raffiné,
et il me semble que ça produit un réel effet.
Pour toute ce qui est gâteaux, tartes, pain, je préfère l'épeautre.
Mais aujourd'hui,
une fois n'est pas coutume
j'ai acheté de la farine de châtaignes.



- 200 g de chocolat noir ou au lait à cuire, fondu avec 50 g de beurre (de vache, parce que le beurre de chèvre c'est bon mais assez onéreux, alors je le garde pour les tartines...)
- (150 g de sucre blanc : recette originale) 80 g de sucre complet
- 3 œufs à battre directement dans le mélange
- 75 g de farine de châtaignes.


Four 150 degrés,
le temps je ne sais pas,
j'éteins quand il croûte, et je laisse dans le four, pour que ça finisse de cuire tout en restant fondant.








Édit 1 : J'ai déjà essayé avec le froment, l'épeautre et le sarrasin, et c'est toujours très bon, même si le goût varie. Avec le sarrasin, la variante avec morceaux de poire est très savoureuse.

Édit 2 :  Pour le sucre complet, j'achète en magasin bio du Rapadura, ou mieux du Mascovado, en vrac, 3 €/kg. On en utilise beaucoup moins que du sucre blanc. Ce n'est pas que ça sucre plus, c'est que c'est très fort en goût, avec une forte dominante réglissée que j'adore.

Édit 3 : Pour les béchamels, crèmes pâtissières et autres sauces liées, il faut garder le froment (ou la maïzena), parce que les autres farines ne lient pas aussi bien.


La cuisine du placard, c'est pas tarte !

Je revenais de notre rencontre annuelle de blogueuses
et dans le frigo
c'était le désert.
J'ai pétri vite fait une pâte brisée, pour accueillir une petite récolte de prunes du jardin.


Comme il en restait
j'ai fourbi un moule de mini-tartes
pour les garnir
à la mode PimJ
mais avec les moyens du bord :
- une couche de moutarde,
- une tranche de mozarella (de bufflonne, ma préférée, mais périmée depuis le 31 juillet...),
- tomates qui m'attendaient dans le jardin,
- origan,
- comté râpé, ah non j'en n'ai pas, lamelles de parmesan.
Une fois cuites, elles étaient très bonnes
alors je n'ai pas eu le temps de prendre de photos...


Echo

août 2011
Château d'Andlau (Bas-Rhin)



août 2012
Château dans d'l'eau (Haute-Loire, mais j'ai pas retenu le nom...)


Belle des champs

dédicace spéciale pour NTL et LGV...


"Belle des champs" a capella par Quatrapella... par QMCLD

vendredi 24 août 2012

Partenaire particulier

Amie lectrice
si toi aussi
- comme mon amie Virginie-
tu as été obligée de te séparer d'un boulet
qui ne t'a laissé que la garde de deux poissons rouges neurasthéniques
sans aucune conversation

si tu as envie de connaître un type bien n'ayant ni les deux pieds dans le même sabot
ni de poil dans la main

si comme elle - c'est un plus-
tu sais reconnaître n'importe quelle marque de tracteur d'après sa couleur
et si tu aimes la campagne
je te propose de t'investir bronzage agricole et Crédit qui bricole

Ne ris pas lectrice incrédule
prends plutôt exemple sur notre amie NTL
- collègue ayant épousé un agriculteur cantalien -
devenue belle des champs par la grâce d'une mutation.

Il est temps de cesser de te lamenter à l'idée du compteur de l'horloge biologique qui tourne
et de passer à l'action.

Pense à tous ces mecs célibataires
branchés informatique et gestion de projet
qui ne sont pas au chômage
chefs d'entreprise
qui aiment leur boulot
et qui ne font pas mal aux yeux
dont la France ne peut plus ignorer l'existence si l'on en juge par l'audimat de l'Amour est dans le pré.


Cependant
ne perds pas de temps à tenter ta chance à la télé
- où tu auras l'air soit d'une gourde, soit d'une salope -

Rends toi plutôt ce samedi 1er septembre à Lunel (12)
pour un programme des-paysans (jeu de mots hé hé...)

afin d'inaugurer ce concept découvert par Anne
et lancé par les jeunes agriculteurs de l'Aveyron
(région chère à mon cœur pour organiser chaque année ce festival gratuit et occitan qu'est l'Estivada de Rodez, mais ne nous égarons pas)
j'ai nommé l'agri-dating.

Principe simple : une journée pour bien se marrer et rencontrer PLEIN de mecs.
Tu t'inscris à deux ateliers en fonction de tes centres d'intérêts : cuisine, VTT, tir à l'arc, randonnée, salsa, golf , etc. (perso, ça manque de danse trad, mais bon...)
et tu profites.
Tu passes aussi voir le magnifique village de Conques à 15 minutes, et si tu t'y prends bien, ce sera accompagnée par un local de l'étape.




Afin de tirer le maximum de bénéfice de ton séjour
voici quelques conseils :
- tu ne mets pas la culotte de Bridget Jones, s'il n'aime pas ton petit ventre qu'il passe son chemin (non, pas toi Virginie, toi tu n'as pas de bourrelets ...)
- ce n'est pas le moment de te mettre au régime, car si tu n'aimes ni le pavé de bœuf, ni la truffade ça ne va pas le faire non plus ...
- tu vérifies que tu joues dans la bonne catégorie : l'exploitant qui cherche une femme (et qui acceptera que tu aies un job à toi) et non pas une associée (ou alors tu aimes être au cul des vaches, et c'est ton choix) et tu t'assures que, s'il vit encore chez sa mère, ça ne posera pas de problème de la quitter.
Mais tu verras, la campagne c'est pas toujours ce qu'on croit
y en a même qui prennent des vacances...

Allez amie lectrice, je te laisse avec leur vidéo de promo
et surtout leur logo :
admire le message subliminal !




Édit 1 : Virginie, ce n'est pas la peine d'acheter un verrou. Va dans un magasin de bricolage :
"- Monsieur, vous pouvez me conseiller pour changer le canon de ma serrure ?
- Mais pourquoi ?
- Je me suis séparée d'un boulet, et je crains qu'il ne revienne euthanasier mes poissons rouges.
- Ah vous aimez les animaux et vous êtes libre donc ?"
Enfin tu vois quoi..

Édit 2 : Si tu ne connais pas les tracteurs, si tu as peur des vaches et si tu crois qu'elles pondent des  briques de lait, ce n'est pas grave, vas-y quand même, c'est gratuit pour les filles, elles ne sont pas assez nombreuses de toute façon.

Édit 3 : Apparemment le concept a fait des petits (ah ah !) dans d'autres régions. Surveille le journal local.


mercredi 15 août 2012

Mélodie du chemin


J'aime 
quand les hirondelles
proposent une mélodie
sur la portée des fils électriques...
ça me fait chanter
et chanter
ça aide à marcher...

mardi 14 août 2012

Les bonnes rencontres font les bons chemins

Je croise Brigitte et Franck
la grand-mère et son petit-fils
un peu après Ste Foy.
 
Ils ont prévu deux jours ensemble
sur ce chemin qu'elle n'a pas encore pu finir
et qu'elle veut lui faire découvrir.

Ils se joignent à moi
parce que j'ai un itinéraire plus détaillé.








On s'arrête devant un panneau qui nous invite à ouvrir une boîte
et à nous servir un goûter
à l'ombre...























Le soir
je partage le gite de Pellegrue avec eux
et on repart ensemble le lendemain
jusqu'à Roquebrune.
C'est la sœur de Brigitte qui m'aidera à terminer l'étape en me klaxonnant sur la route pour m'emmener à la Réole, sous un soleil de plomb.

J'aurai passé encore deux jours charmants
intimes et joyeux
avec ces des deux là
comme avec les autres
mais avec un petit je ne sais quoi de plus !

Stop


Voilà
mon voyage s'arrête ici
à la Réole
en Gironde.



Pourquoi ici ?
Parce que tout d'un coup
j'ai eu envie de rentrer chez moi.
Je savais
avec certitude
que ça s'arrête là pour cette année.



Parce qu'on est fin août et qu'on ne peut plus partir aussi tôt le matin
ce qui oblige à marcher en plein cagnard
avec plus de souffrance et moins de plaisir.
Du coup je dois couper mes étapes et je sais que je n'arriverai pas à Mont-de-Marsan à temps.










Aujourd'hui du reste,
j'ai dû terminer en stop sur l'asphalte brûlant
de peur de rater le rendez-vous pour l'hébergement.
Il paraît que c'est tricher
mais moi je crois que mes pieds n'ont plus envie de jouer.


Parce que ma cousine n'était pas loin
et que j'avais plus envie de la voir que de continuer à tout prix.




























Et aussi parce qu'il y a une gare
et que je pourrais redémarrer d'ici l'an prochain.




J'ai marché douze jours
et c'était extraordinaire.

dimanche 12 août 2012

En Flandres


C'est au refuge de Port-Ste-Foy (24)
juste avant le pont de Ste-Foy-la-Grande (33)
que s'est arrêté le  voyage de Willy & Anita.
Partis de leurs Flandres belges le 21 juin
ils avaient prévus d'aller jusqu'à St Jacques dans la foulée
et d'y brûler leur sac avant le retour.
Sauf que la vie
ça ne marche pas toujours comme ça
et qu'Anita
les pieds dévorés d'ampoules
a en plus fait les frais d'une allergie au sparadrap
qui lui a arraché la peau.
Voilà donc une semaine qu'elle marchait comme ça
dans la douleur des chairs à vif.

On a cheminé deux jours ensemble
en prenant des raccourcis par la route
les chemins empierrés lui devant impraticables.

Le courage de cette femme m'a émue
autant que la couleur bleue de son orteil m'a inquiété.
Samedi soir
au gîte
j'ai partagé mon repas avec eux
vu qu'ils devaient couper leurs étapes en deux
et que leur budget commençait à être super serré.
Heureusement
Armelle, l'agricultrice qui nous recevait
avait largement garni mon plateau...

Mais dimanche
au refuge paroissial
l'hospitalière lui a demandé d'enlever ses chaussures devant elle
et elle ne lui a pas laissé le choix.
Urgences.
Et verdict du médecin : rapatriement sanitaire en Belgique
ou amputation des orteils pour cause de gangrène.
Anita a pleuré
puis elle a retrouvé le sourire.
A Ste-Foy il y a une gare,
ils peuvent donc reprendre d'ici l'an prochain.
Moi j'ai compris deux choses :
d'abord tout ne vient pas du premier coup forcément
et surtout
ce vieux truc judéo-chrétien
que si c'est pas dans la douleur c'est pas bon
c'est bullshit.
Respecter son corps
sur le chemin
c'est ça qui permet d'aller au bout.



samedi 11 août 2012

La pitance du pèlerin

Mussidan - Fraisse (vers Ste-Foy)
Cabecou frais du marché de 6h00 et pomme ramassée sur le chemin

Les repas de la pèlerine se suivent et ne se ressemblent pas toujours.

Heureusement !

Personnellement,
je pense avoir touché le fond
le jour où j'ai dû faire glisser mes sardines avec des Palmitos,
biscuit dont on ne louera jamais assez l'heureux caractère,
puisqu'il a le bon goût d'être léger à porter
et somme toute assez polyvalent.
C'est ainsi qu'au hasard des étapes sans ravitaillement le pater noster en son "donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour" prend tout son sens.
Quand il n'y a pas de pain, il y a des biscuits, le pèlerin - contrairement au sahélien - ne meurt donc pas de faim.

Cela dit, ce jour-là, j'ai toqué à la porte de la seule maison à ma vue.
Le jeune type qui m'a ouvert a rempli ma bouteille (d'eau, dois-je le préciser...) d'un air pincé.
Pour le pain (que j'étais prête à payer) ça a été niet,
quant à l'ombre de son arbre,
pas mieux.

J'ai dans l'idée qu'une fois à St Jacques,
il faudra prier plus longtemps pour certains que pour d'autres
même s'ils ne me l'ont pas demandé.

Je suis toujours vivante

et j'ai plein de trucs à raconter
mais là je squatte un  ordi dans une ferme
et c'est très, très lent...

j'ai passé Thiviers
Sorges
Périgueux
Mussidan
Demain je quitte la Dordogne pour la Gironde
à Ste Foy la Grande

jeudi 9 août 2012

Romance au château


Périgueux - St-Astier
Dortoir pèlerin du château de Puyferrand
vue sur le parc et ses anges


 Trudy et Rens se disent des secrets...


Lost

Périgueux - St Astier
Perdue dans la forêt d'Andrivaux.
Pour la première fois j'utilise ma boussole afin de revenir vers une route,
un type me prend en stop pour me remettre sur le bon chemin.

Modifications d'itinéraires très mal expliquées
non kilométrées
balisages fantaisistes
soit un parcours beaucoup plus long que prévu.

Je ne félicite pas l'équipe locale qui confond pèlerinage et grande randonnée
voire qui détourne l'itinéraire historique pour nous faire passer des chambres d'hôtes où je ne risque pas de mettre les pieds -même fatigués - à 55 euros la nuit
je maudis les voies de défense contre l'incendie, 
tout pourris de cailloux
qui n'ont rien de vrais chemins


mercredi 8 août 2012

La communion des saints

Étape Sorges-Périgueux
25 km, je n'étais pas sûre d'y arriver...

Dans la cathédrale, ce lieu chargé de foi et de vies, de prières croisées (et de filles en jupe ras la moule qui mangent des sandwiches...) je fonds en larmes devant le retable.

Je pense à mon père, mais pas seulement.

Un peu plus tard, je toque à la porte de la sacristie, pour faire estampiller ma crédanciale, sans pouvoir m'arrêter de pleurer.

Souci technique : plus de mouchoirs en papier, le sacristain m'en offre un nouveau paquet.

dimanche 5 août 2012

Livres d'or




Les signes du chemin

Tous les soirs je brosse mes pieds comme il m'avait appris.
Je suis la seule à avoir emporté une pierre ponce et une brosse.

Et c'est très efficace.

Aujourd'hui
j'ai senti qu'il marche à côté de moi
sur ce long chemin
qui mène à tout
qui mène à rien
où parfois les pèlerins réservent leurs place en refuge 4 mois à l'avance
moi j'appelle de la veille pour le lendemain
et, il reste toujours UNE place.
Un monsieur m'a dit :
"Mais c'est de la folie, vous vous rendez compte, il ne restait qu'une seule place !"
"Ouai, mais elle est pour moi, alors je m'en fous. de toute façon je suis sûre que personne ne me laissera dormir dehors".
Quand j'ai mal aux pieds - le bitume tue, je confirme -
je trouve toujours un accotement herbeux fraîchement tondu pour continuer en souffrant moins.





Aujourd'hui
j'ai beaucoup pleuré.
C'est facile quand tu marches seule.
Et ça fait du bien.
Je sens son âme
son cœur soulagé,
je lui dis qu'il peut me laisser maintenant
parce que je sais bien que ça va aller.

Meetic

Elle c'est Trudy
Elle vient de l'est des Pays-Bas
Elle marche depuis 50 jours
elle est juste au milieu de son chemin.
De son chemin de vie
entre deux jobs,
entre deux hommes.
Elle s'est décidé comme ça
comme moi
ça lui trottait depuis longtemps
mais elle n'a eu que quatre jours pour se préparer techniquement.
Je sais qu'au retour
sa vie sera très différente.
Qu'elle fera d'autres choix.

Lui c'est Laurens
il habite à l'Ouest des Pays-Bas
au bord de la mer
il marche depuis 60 jours.
Il vivait avec sa fille
qui est reparti brutalement chez sa mère.
Une semaine après son chien est mort.
Lui qui s'occupait de tout, 
il n'avait plus personne sur qui veiller.
Alors il a fait son sac
et il est parti.

Ils se sont rencontrés en Belgique
et depuis
ils cheminent ensemble.

 
J'ai adoré passer la soirée avec eux.
Déjà
ils avaient rencontré Francine, Dietmar,
et les photos des punaises.

Mais aussi,
c'est drôle comme des étrangers se racontent toute leur vie d'un coup.
C'est un peu comme internet,
la distance qui s'abolit d'un coup
mais c'est de chair et d'os.

En plus moi j'aime les Hollandais
parce qu'il me font penser à Hilly
qui a toujours des pensées très sages
et des ondes magiques pour moi.


A propos Hilly
si tu passes par là
ce voyage aux Pays-Bas
il faut vraiment qu'on le fasse.
Trudy m'a donné ses coordonnées
et j'ai promis de passer la voir.

Call me translator

Si tu ne parles pas français
sois créatif !


Manger

Déjeuner pélerin


La pèlerine ne se laisse ni abattre
ni entraîner chez Intermarché pour acheter de la daube ...

Dormir


Deux tentes mises à disposition
- moyennant finance of course -
au camping d'Aixe-sur-Vienne.
Pas tip-top
mais mieux que rien.
De toute façon
quand on est bien fatigué,
on dort !
Le souci
c'est le petit déjeuner
à 7h30 seulement
c'est-à-dire trop tard,
sachant que la bouffe et le dodo sont les deux préoccupations essentielles du marcheur jacquet.

Toute seule

Ouh là là
j'étais prête à défuncter
tombée au fond d'un ravin
et c'est en grignotant les courroies de mon sac à dos
que j'ai pu survivre en attendant les secours
prévenus avec mon sifflet
trois courts - trois longs - trois courts
SOS

***
Meuh noooon !
je déconne
tout va bien
je vous écris du refuge municipal pélerin de St-Pierre-de-Frugie
au cœur du Périgord vert.
Irène, l'adjointe au maire, vient de nous apporter des confitures pour demain matin,
en revanche je vais devoir réchauffer un plat tout prêt pas bon
vu que c'est dimanche et qu'il n'y a plus que ça en réserve.
Mais bon, on va pas commencer à chipoter !
Ce matin j'ai fait un petit détour pour voir un mon tourneur sur bois préféré
qui exposait à quelques encablures du chemin


Ensuite j'ai marché longtemps
beaucoup plus longtemps que les autres jours
25 kilomètres en tout
absolument seule.


c'est ma première longue étape.
Je sais donc que je peux le faire
et c'est tant mieux
parce que c'est la même distance demain.


En chemin
je me suis trompée
j'ai dû revenir en arrière.
J'en ai profité pour demander à un monsieur de me vendre deux tomates de son jardin.
Il n'a pas voulu et s'est empêtré dans des conneries sur la météo
alors que je venais de passer devant ledit jardin et que j'avais bien vu qu'il en avait plein.
Je n'ai pas insisté
mais j'ai eu de la peine pour lui.
La vie ne doit pas être facile quand on est attaché à deux tomates.

Après j'ai rencontré la Louise
qui m'a donné
ben oui
deux tomates
et n'a pas voulu que je les paye.
Elle m'a juste demandé de dire une prière pour elle.
Je le ferai dès que je trouverai une église ouverte.

Un peu plus tard
je suis arrivée à Chalus
j'étais fatiguée
j'avais mal aux pieds
c'était la moitié de l'étape
un dimanche de pluie
passé midi
tous les commerces étaient fermés
je suis entrée dans un bistrot.
A la fin du repas
en discutant avec le patron
j'ai été atterrée de ce qu'il m'a décrit comme son quotidien.
Est-ce qu'on est vraiment harcelé ?
Est-ce qu'on se sent harcelé ?
Est-ce que notre attitude provoque le harcèlement par ceux qui ont compris comment nous blesser ?

ça m'a fait réfléchir
il est clair que cet homme était dans une grande confusion
pas à sa place
Ce qui est sûr
c'est qu'en trois jours, j'ai constaté une chose :
il y a beaucoup de souffrance sur ce chemin.

vendredi 3 août 2012

J - Ultreia !



Photos internet

jeudi 2 août 2012

J -1 jeudi

derniers préparatifs

ce soir je descends à pied à.... la gare !
je partirai de Limoges demain matin parce qu'il n'y a pas de chemin balisé de chez moi jusque là
et que pour un début
je préfère ne pas passer deux jours seule dans les bois
ni trois heures à traverser la zone commerciale ...
***
 En arrivant sur les bords de la Vienne, à Limoges

j'ai croisé une dame qui m'a demandé où j'allais.
Elle m'a dit qu'elle aussi faisait un bout de chemin chaque année
mais en groupe et sans sac.
C'est très à la mode cette façon de faire,
et je trouve que ça vaut pas
mais je n'ai rien dit
car chacun fait son chemin comme il veut.
Moi j'ai besoin de porter mon sac et d'assumer ce que j'ai mis dedans.

En arrivant à la cathédrale St Étienne
que je connaissais déjà évidemment
j'ai pleuré un peu.
En fait, j'ai regardé Limoges d'un œil nouveau.



Ensuite je suis allée dormir chez les sœurs de  St François
et j'ai pris une crédenciale du diocèse de Limoges.


C'est là que j'ai rencontré Francine et Dietmar
qui viennent de Reims
et m'ont fait très peur avec les punaises qui envahissent les refuges.
Dietmar avait gardé sur son portable des photos des ses mains et de ses pieds tout dévorés
et après je me suis grattée toute la nuit...

J'adore regarder les livres d'or...

mercredi 1 août 2012

j-2 mercredi

mes bibles
je n'ai rien lu d'autre
j'ai envie de me faire ma propre idée
et de toute façon
je n'emporte que la partie itinéraire / carte du Chassain
je pars pas en Papouasie non plus


à part ça
l'affaire est presque dans le sac
tout y passe ...

recalée
ça doit être les strass qui pèsent
et puis le guide dit miam-miam dodo
y a pas écrit crac-crac



adoptées



sur liste d'attente 


mais pourquoi uniquement des coloris foncés ?
le blanc pèserait-il plus lourd ?
que nenni amis jacquets
ce serait plutôt dans la perspective de trois semaines de lessive pèlerine à la main...