dimanche 30 novembre 2014

Porte avec vue

Recto


Verso



C'est le temps de l'Avent

Le samedi soir
je dors dans la petite chambre du haut

celle avec vue



le matin,
je fais chauffer de l'eau pour le thé

dans la cuisine avec vue



les torchons sèchent près du poêle



les autres arrivent pour préparer les ribates,


les jaus sont déjà emballés



Après le déjeuner
on part en convoi
j'aime bien
je me sens en sécurité
ensemble

c'est une route avec vue
quand il n'y a pas de brouillard


Quand on arrive
on pose les affaires dans une salle où on se changera après l'essai voix





C'est une église avec vue






La Creuse, le monde nous l'envie...

La ville à la campagne,
vous en rêviez ?
Nous on l'a fait !


vendredi 28 novembre 2014

Ecole avec vue #3

Le vendredi
c'est pique-nique avec vue...
Mais pas belle...



mercredi 26 novembre 2014

Ecole avec vue #2

En fait,
c'est pas une école,
mais un bureau du CIO.


Fais-moi un signe #2

En ce moment,
j'aime bien le mardi.
Parce que je passe la journée dans une école avec vue.
Parce que la route qui y mène,
si elle est longue,
me remplit aussi le cœur  d'allégresse et de gratitude.
Hier, je n'ai pas eu le temps de m'arrêter faire une photo,
mais je voyais ces forêts rousses,
sous un ciel un peu bas,
traversées de douces bandes de brumes,
avec au premier plan, un damier de champs bruns striés de sillons et et de prairies verts acides encore en herbe.
A la radio, un baryton chantait un extrait du voyage d'hiver de Schubert.
Et ce contraste entre la vie dehors et la mort dedans,
c'était vraiment fort.

J'aime bien le mardi donc, parce que c'est un petit voyage.

Le mardi soir,
je vais à la piscine,
mais c'est différent du vendredi ou du dimanche,
parce que le lundi j'ai danse,
et que le mardi mon corps s'en souvient.

Je ne nage jamais aussi bien que le mardi.

J'ai bien aimé ce mardi-là précisément,
parce que le matin, j'ai reçu un sms non signé qui me proposait un rencart.
A mes heures perdues...
Autant dire que c'était mal barré : des heures perdues, c'est un concept que je ne connais pas.
Le temps de réaliser que je travaille le mercredi toute la journée,
l'anonyme entre temps identifié n'avait toujours pas réussi en fin de soirée
à caler un rendez-vous.

J'aime bien le mardi parce que ça commence comme malentendu.

Et puis hier, mardi donc, j'ai envoyé mes deux demandes de détachement.
Celle pour le secondaire,
et celle pour la Louisiane.
Parce que le mardi, tout est permis.



vendredi 21 novembre 2014

Ecole avec vue #1

C'est un vantail entrebâillé
sur les cris de la cour de récré
un espace pour moi
et mon regard
voleur de rien, voleur de tout
l'odeur de l'automne qui s'est alangui dans le froid
et la lumière tiède qui dilue l'agacement d'un matin contrarié.


jeudi 20 novembre 2014

Collège avec vue

Les jours se suivent
mon cœur s'ébranle
les semaines passent
rien ne me surprend
seulement le ciel
et ses embrasements





mercredi 19 novembre 2014

Ecole avec vue

Je reprends mes déplacements.
(Je viens d'être payée pour janvier et février 2014....)




samedi 15 novembre 2014

Baloche


We shall dance
tonight


demain 
concert


vendredi 14 novembre 2014

Fais-moi un signe #1

Hier, je me suis fait pourrir par une collègue de collège,
qui m'a infligé la longue litanie de toutes les tares du premier degré.
J'ai essayé de discuter avec elle,
mais elle savait mieux que moi comment on gère nos classes,
et à chaque argument que je tentais d'avancer (j'arrivais pas à en placer une, c'est dire si je suis en petite forme...),
elle me rétorquait en colère : "c'est faux !"
J'ai finalement mis un terme à cette explosion en lui disant qu'elle ne me convaincrait pas,
 ni moi non plus, vu qu'elle n'arrêtait pas de crier.
Mais hier soir, galvanisée,
j'ai quasiment bouclé mon dossier Codofil.
J'en peux plus de ces débats stériles quand on devrait tous apprendre les uns des autres
au lieu de s'accuser mutuellement.
J'en peux plus non plus de la langue de bois de l'Education nationale,
qui me fait serrer les dents -et parfois les poings- à chaque journée du réseau Casnav.
Faut que je change d'air.
Je peaufine ma lettre de motivation...

Aujourd'hui,
le garage qui va débosseler Berlingo chéri tout grêlé,
m'a prêté un petit suppositoire à autobus,
une boîte à sardines électrique
dite "véhicule de courtoisie".
Je prends place,
et là,
bonheur,
c'est une automatique.
Une journée sans pied gauche, projetée aux States...
trop cool.
Et c'est décidé, je me sépare aussi de Berlingo.
Pas pour un char américain, non
mais pour mettre fin à mon crédit.
Une petite voiture payée comptant avec ce qui me restera de la vente, c'est ce qu'il me faut
pour que la fin du mois ne commence plus le 10....



Aujourd'hui aussi, j'ai découvert le petit truc qu'il me fallait
pour rebooster la longue attente devant moi : le lapbook,
brusquement objet de désir
qui permet de faire tenir dans un espace limité, une foule d'informations "à tiroir".
Parfait pour présenter notre "village" en cours de création
via la simulation globale
(concept du français langue étrangère, que je conseille à tous ceux qui veulent encourager la production d'écrit dans leur classe).



Une foule de vidéos sur internet





Et une ligne en plus dans la rubrique "Principaux travaux ou projets réalisés dans le cadre de vos activités professionnelles (dont projets en langue vivante)" de mon dossier....


jeudi 13 novembre 2014

mardi 11 novembre 2014

Lâche pas la patate !

C'est une période de turbulences
avec de petits moments de grâce.

"- Vous serez au bal de la Souterraine le 20 décembre ?
- Heu non, c'est notre dernier concert avec la Chavannée, et après c'est le repas de Noël, je ne serai pas revenue.
- Oh dommage ! Parce que quand même, dans ce bal, il y a toujours un moment magique...
C'est quand vous chantez... Ma sœur vient de Bordeaux, j'aurais voulu qu'elle vous entende."

Trop cool.

Hier, je prévoyais une soirée un peu morne,
je me suis dit un bal du lundi, dans un gymnnase, bof.
Pis finalement, j'y suis allée avec une nouvelle covoitureuse,
que je ne connaissais que de vue.

Ce fut un de mes covoiturages les plus passionnants.
Maryline a fait ce truc incroyable d'inventer une écriture pour la langue des signes.
Bien sûr, comme elle n'a aucune légitimité pour le faire, c'est le mal....



On a pris un café,
et je les ai vus débarquer.



On avait fait un bon bout de chemin ensemble le printemps dernier.
Le soir je chantais, et eux ils dansaient.
On oubliait nos pieds.


Il y avait de bons danseurs.


Les jeunes ne touchaient pas terre.


La musique était bonne (groupe Brav Na)



En version rock ... regain d'énergie sur le coup d'une heure....




Et pendant les pauses, j'aime bien regarder les autres danser...




J'en ai conclu que c'était bon signe.
Rien n'est réglé dans ma tête,
mais j'ai presque fini de remplir mon dossier d'expat.

vendredi 7 novembre 2014

Avec détachement, il faut laisser le bon temps rouler...

Tous les cinq ans, faut que je change.
Que je change de job
Sinon j'étouffe.
Enseigner, c'est ce que j'aurais fait le plus longtemps finalement.
Treize ans, déjà.
Mais avec un parcours assez varié.
Tant que j'aime encore ce que je fais,
qu'il me reste enthousiasme et motivation, je veux prendre un nouveau chemin.
Ne pas attendre d'être usée.

Alors voilà,
c'est décidé
je demande mon détachement.

Soit enseigner le français ou le droit en filière pro.
Soit enseigner le français en Louisiane.

Ça sera long.
Les dossiers ne sont pas évidents à monter.
Et puis le programme CODOFIL ,
cela veut dire partir seule
laisser mes fils se débrouiller comme des grands ici.
Mais le kid, si je pars, ne veut pas venir avec moi.

Je me sens un monstre d'égoïsme, à vouloir vivre ma vie
alors que les boys ne sont pas tirés d'affaire.
Il y a cette part de moi en train de mourir à petit feu,
à attendre
à vieillir.
Alors, au moins, je monte le dossier.
Et on verra.

samedi 1 novembre 2014

Un samedi soir sur la terre # 1

Quand on se retrouve comme ça
 c'est que ça sent les concerts de Noël...