jeudi 19 janvier 2017

Encore une annee qui passe...

Sans accent et sans cedille...
Je vais pas me plaindre : l'ecole m'a achete un netbook, tout leger, que je trimballe dans mon sac,
et qui sauve mes soirees.
Fini de rester sur le campus jusqu'a la tombee de la nuit...
Apres les festivites de l'annee nouvelle, et le depart des Boys, l'un pour la France,
l'autre pour le Tennessee,


j'ai donc repris le chemin de l'ecole, mais tout doucement,
comme les eleves, totalement paumes la semaine du retour...
Une constante du retour des vacances de Noel, qui ne me depayse pas de la France...

On a mange des huitres pour l'anniversaire de mon beau.


Mais ca passe vite,
on attaque maintenant la saison des crevettes,
apres ce sera les ecrevisses, 
puis de nouveau les crabes.

Les quatre saisons de la Louisiane, ah, ah !

On a eu un genre d'hiver.
Ca a meme glace.
La preuve.



Deux jours...
Je remets les sandales cette semaine...

Dans un parc a Nouvelle-Orleans,
il y avait ces statues.
Je me demande si c'est qu'ils regardent trop la tele, 
ou qu'ils ne communiquent qu'a travers leur smartphone...


Moi j'ai pas la tele.
Je suis tentee parfois, quand je la vois chez les autres.
Surtout que je comprends de mieux en mieux l'anglais (mais mon accent punaise, miserable...)
Mais j'ai pas le temps, et il file vite ce temps, meme si j'ai decide de rester l'an prochain comme vous savez.
Faire du cheval, de la musique, commencer un jardin sur ses terres, aller danser, faire des calins...
L'ecouter avec son accent emouvant et sa culture incroyable.
Un homme avec qui je peux parler de tout, pas seulement sans tabou, mais parce qu'il connait des milliers de choses, 
un homme qui me fait me sentir libre quelles que soient les circonstances,
un homme qui m'ouvre ses bras,
ca c'est le cadeau.
Allez j'y retourne,
a l'ecole,
parce qu'on peut pas vraiment dire que j'ai moins de travail en revanche...




jeudi 29 décembre 2016

The first Noël

J'adore cette chanson, un Christmas carol
qu'il est encore temps de vous montrer
vu que les locaux se souhaitent encore Merry Christmas
le 29 décembre...

The first Noël, le lien en attendant mieux
https://youtu.be/0u5UvnKlCTA
Donc ce fut mon premier Noël
ici avec les Boys, un peu étrange sans dinde et compagnie.
Autour d'un grand feu

pour cuire le cochon farouche fraîchement chassé.



Moi j'aime bien, vous me connaissez.
Pour les Boys en revanche et bien que Franzouski soit plutôt bon public à ce qu'on propose,
c'est moins évident.
Ses copains manquent beaucoup au Kid, qui n'a pas l'occasion de rencontrer d'autres jeunes (mais ne s'en ménage pas non plus).
Il fait l'expérience de la solitude et du doute.
Ce n'est facile ni pour lui, ni pour moi.
Anyway on a eu du bon temps, dans la très jolie et très ancienne (à l'échelle Louisiannaise ) ville de Natchitoches  (prononcer Nakitoche).





Un grand swamp tour autour d'Henderson, c'est à dire pas dans le même coin que chez moi.
(Pour les éventuels touristes qui liraient ce blog, attention où vous prenez vos tours, j'ai vu qu'à Nouvelle Orléans, hyper touristique c'est l'arnaque)






 Par contre c'est l'hiver donc pas de gator  en vue
sauf dans l'étang de l'université de Lafayette...
(Là où tout le monde prend ses photos)


Asteure on est en ville,
c'est à dire Big easy, Crescent city,
j'ai nommé Nouvelle Orléans .
Alors bonne fête à tous, avec beaucoup de lumière si possible !



dimanche 18 décembre 2016

Madame Nicole va de l'Avent #2

Dernière ligne droite.
On finit l'école que jeudi soir.
C'est long.
Mais pas pesant, les américains ont le sens du festif.
Pis le Kid est là.
On mange des crêpes, lui avec du Nutella,
moi avec ça
C'est du sirop de canne à sucre.
Ça a un arrière goût de réglisse comme le rapadura
On en met très peu car le goût est fort prononcé
C'est 1000 fois meilleur que le sirop de maïs que je n'aime pas, et plus local donc mons cher que le sirop d'érable.
En ce moment c'est la récolte, les raffineries tournent à plein régime, comme des brasiers et en plus ils brûlent les champs ...
Il y a une fumée permanente et âcre,
perso je dois prendre un antihistaminique le soir sinon j'ai les yeux qui piquent et la gorge douloureuse.
Non la Louisiane n'est pas un paradis environnemental. ..
On est presque soulagé de la pluie et du vent glacé....même si c'est un peu dommage pour Franzouski qui arrive tout à l'heure à Nouvelle Orléans
Cette année j'ai fait un non sapin avec les moyens du bord

J'ai aussi acheté dix - sept cadeaux pour la classe dont j'ai le homeroom...
Reste plus qu'à emballer.


Ici c'est comme ça...
C'est pas déplaisant, mais par contre c'est un budget
Et je me disais hier en faisant mes emplettes que tout, absolument toutes ces choses bon marché viennent de Chine...
Donc ça m'étonnerait beaucoup que ces grandes enseignes américaines de la consommation  laissent Trump dénoncer les accords de commerce sinon américains...
Sinon, encore 5 jours avant ses bras.
C'est mon Avent à moi...

jeudi 15 décembre 2016

Ma bonne étoile

Je viens de recevoir ça :
(Bien merci Barbara...)


Et ça m'a fait penser à ça :



Il avait déjà écrit l'Amérique,
qui avait tourné en boucle, dans ma tête et sur mes lèvres, avant de venir.
Car, oui l'Amérique ça commence par un peu de chagrin.
Mais celle-ci, elle a pour moi le goût tellement spécial de la vie farouche...

J'en profite pour dire deux mots de la supposée superficialité américaine.
C'est un malentendu culturel.
Je dis pas ça seulement parce que je connais pas mal de compatriotes qui n'ont rien à lui envier..
Mais aussi parce que nous,
quand quelqu'un est sympa, amical et souriant,
on attend quelque chose derrière,
voire on se méfie et on juge ça hypocrite.
Alors que pour les Américains,  c'est de la politesse élémentaire.
Et je trouve ça bien agréable.
Surtout en ce moment avec cette charge de travail insupportable, je peux te dire que je ne risque pas de cracher dans les mains tendues.
Une journée tranquille pour sortir la tête de l'eau à la rentrée, au lieu d'une suite de réunions.
Un coup de pistolet à colle sur des pinces à linge pour préparer une expérience sur les adaptations animales.
Du temps libre en dernière heure, les élèves pris en charge ailleurs, échange de bon procédé avec une autre collègue ...
Franchement, ça fait une bonne moyenne avec la française toujours pas capable de dire juste bonjour ou de répondre sans grommeler.
Mais je serais injuste d'en faire une question de nationalité, car il y a aussi ceux qui me prêtent leur appart pendant leur absence, me refilent des tuyaux...
Et il y a l'amitié indéfectible de Mike, que j'appelle honey, parce qu'il est le toping sur les pacanes, quand l'ice cream prend un goût amer.
Depuis que je le connais, et depuis que je connais Bobby, je sais que les Américains non, ne sont pas tous superficiels..

Quand je doute, c'est comme s'il y avait cette bonne étoile au dessus de ma tête, qui fait de son mieux pour que je reste, pour aplanir les difficultés et sauver les situations.
Je sais désormais pour qui j'ai été envoyée ici.
Je peux pas vous dire pour qui, ni pourquoi,
mais ce que je peux vous confirmer c'est que plus on aime d'enfants, et plus notre cœur grandit pour les y accueillir.
La vie farouche avec mes hommes et toute cette amitié en plus, c'est le bonus.


Un prêt à la grosse aventure pour Pépé le Pew

Autrefois, dans les temps très anciens, les armateurs n'avaient pas vraiment d'assurance maritime.
Seulement une mise de fonds par quelqu'un qui leur accordait un "prêt à la grosse aventure ", une sorte de pari sur la réussite du voyage et la bonne fin du fret.
Je peux pas encore vous dire si l'investissement sur le Kid rapportera gros, mais pour être honnête, en ce moment il ne me coûte pas grand chose.
En revanche il découvre la vie au regard de la peine qu'il se donne pour gagner ses dollars.
Il a déjà compris que non on ne trouve pas l'or au fond des ruisseaux et qu'il ne rentrera pas riche d'argent des Amériques
Que les produits d'entretien c'est hyper cher, surtout la lessive...
Que c'est douloureux de perdre 150 dollars mais qu'il ne faut pas lâcher l'affaire trop vite..
Que c'est souhaitable de faire des études si on en a la possibilité.
Alors je vous livre ses aventures en vrac, mais je vous le dis tout net : je suis contente de le ravoir dans les murs de mon shotgun, juste pour être fière qu'il ait grandi.

Samedi, j'étais à la contradance, téléphone, j'ai un problème, je suis dans une belle merde, mais accouche, qu'est ce qui se passe, j'ai plus de batterie, il fait nuit et y a que des bandits ici...
Arrêté de te plaindre et dis moi ce qu'il y a ...
Il y avait que, la chair de ma chair
 (quoi que je me demande parfois  si il n'y a pas eu méprise à la maternité )
 était à une station du Greyhound, le transport des pauvres, au milieu de rien, la nuit, à Jackson (Tennessee ).
Et il avait raté son bus.
Par hasard et par chance .
Car il avait acheté un billet pour Lafayette...Indiana, au lieu de Louisiana.
$150, non remboursables, la station à fermé, ils l'ont mis dehors.
Mon pioupiou d'1m80 certes, mais de 19 ans quand même..
Heureusement, Mike, resté pour danser, était encore à 6 blocs de là.
Sauvetage, motel et back to Big Sandy avant de repartir vers Nashville prendre un autre bus pour Bâton Rouge.
Ça arrive tout le temps ces trucs là, même aux Américains et même avec les avions :faut bien s'assurer de l'État qui suit le nom de la ville.
Raison pour laquelle le billet était finalement intégralement remboursable.
Mais pas pour le Kid : aussi impulsif que Mike, mais sans la gnaque de Mom, il a jeté le ticket.
Le lendemain , sur mon insistance, ils ont appelé le service client national.
Trop tard.
Ah l'argent du rabbin, l'argent pour apprendre comme aurait dit ma Juliette !
Enfin quand même il a obtenu un avoir.
Pour un prochain voyage...
Cela dit, il y a des choses qui ne changent pas :
La valise bourrée massacre de linge sale, mais alors heavy duty, et pas avec de la lessive bio je te prie...
Je comprends mieux pourquoi Bob, le voisin de Mike, l'avait surnommé Pepe le Pew.


J'ai bien peur que ce ne soit pas juste à cause de son accent français.

Pis mardi soir il avait englouti le pain de toute la semaine.
Celui que je cuis moi - même.
Mais ça par contre il en a recuit un hier...
Et il a réparé le pneu arrière de mon vélo...
Moi je dis, ce prêt à la grosse aventure, c'est un bon investissement...



vendredi 9 décembre 2016

Madame Nicole va de l'Avent #1

Donc on est comme en France
dans ce mois qui file à tout vitesse vers Noël
mais qui prend d'autres couleurs ici.
Demain c'est pyjama (il fait un froid de gueux....),
aujourd'hui il fallait s'habiller Noël...
Moi j'aime bien mais je le fais pas : ça me gave de dépenser de l'argent pour ça, et j'ai pas du tout le temps de me bricoler des boules d'oreilles..
En revanche je participe au secret Santa : tous les 2 jours tu mets anonymement un cadeau dans la boîte d'une collègue, et une autre fait pareil pour toi.

Mon cadeau le plus préféré question créativité :
Alors je t'explique : poo, ça veut dire faire caca.
Mais en collectivité, comme tu sais, sois tu laisses divaguer ton méthane que tout le monde en profite,
sois tu pshitt a posteriori, et ça sent comme le caca dans la forêt, ou le caca senteur marine.
Sois tu craques une allumette.
Sois tu pshitt ce petit truc avant et ça capture l'odeur au fur et à mesure... trop la classe.
De quoi laisser croire au comment des mortels que quand tu pètes, il n'y a que des paillettes....
https://youtu.be/24SmNmveygs
Bon j'arrive pas à faire mieux pour la vidéo..

Sinon on a aussi un concours de décoration de portes, plus ou moins faites par les enfants...
Je vous mets un échantillon.
Ça fait des beaux couloirs
Ça aussi j'aime bien.







On met de la musique de Noël pendant les activités  calmes.
Tu peux y aller avec le petit Jésus : le spectacle de fin d'année, c'est chaque année la Nativité jouée par les 4 èmes grades. Un jour sur deux on mange trop : hier sucreries apportées par les maîtresses de maternelles, demain petit déjeuner offert par l'école, lundi on apporte un plat et comme ça jusqu'au 22, dernier jour de classe.
En attendant les elfes sur les étagères -autre tradition - se déplacent et font des farces pendant la nuit.
Le mien est presque à la retraite , je l'avais trouvé l'an dernier pour 1$ chez Goodwill, les plus sexy s'arrachant à prix d'or.
Une élève de 4 ème grade (CM1) m'a demandé aujourd’hui si c'est moi qui le bouge.
Je lui ai répondu : "qu'est ce que tu penses toi ?"
Elle a dit "non".
Et j'ai dit : alors voilà...

Sinon cette vidéo me rappelle de bons souvenirs, et une compagnie qui me manque malgré tout beaucoup à cette époque .
https://youtu.be/R3pVkH4v3gs
Mais bon, on ne peut pas tout avoir...

lundi 5 décembre 2016

Madame Nicole va de l'Avent...

C'est la maîtresse de français qui vous écrit.
Pour vous dire que ça va un peu mieux,
elle souffle un peu,
vient d'apprendre que l'école va lui acheter un ordinateur portable,
et qu'elle aura une journée libre à la rentrée de janvier,
pour sortir un peu le nez du guidon et organiser la suite.
On va dire que ça fait un peu pencher la balance :
si j'étais en France, je crois pas que l'administration chercherait à améliorer de cette manière mes conditions de travail
(je dis pas ça pour vous Madame Scarlett, je sais que vous faites au mieux).
Ça reste lourd, mais si je peux ne pas camper à l'école juste à point d'heure,
et remplacer une journée de réunions par un temps de planification,
ça fera une différence quand même.

Une autre différence, sur laquelle j'ai revu mon idée,
c'est l'usage qu'on fait ici des médicaments pour gérer le comportement des enfants ou les déficits d'attention.
Bien sûr, globalement, en France, on est contre ça, et on critique beaucoup.
Sauf que, ici comme chez nous, des élèves à comportements lourds et ingérables, ou très très dispersés, sont notablement nombreux.
Pis qu'on vienne pas me dire que c'est la faute aux parents, à l'enfant roi et touci touça.
Evidemment que les déficit éducatifs n'aident pas.
Mais il y a plein de contre exemples et je suis de plus en plus convaincue qu'il y a un lien très fort avec les perturbateurs endocriniens, phtalates, pesticides...auxquels les jeunes américains sont encore plus exposés que les français.
Que le collègue qui n'a pas eu une tarière dans sa classe,
I mean, un blaireau feulant qui t'empêche t'enseigner vu que tu passes ton temps à le gérer
(sauf quelques wonder pédago qui prétendent qu'ELLES elles n'ont pas ce problème, car elles ont de l'autorité ELLES...),
me jette la première brosse à tableau.
Ben je vais te dire, que quand le même prend sa petite pilule quotidienne,
et que tu retrouves le goût d'enseigner, en même temps que ses camarades reprennent une vie normale,
tu reconsidères ta position sur la question.
Alors oui, c'est navrant de devoir compenser chimiquement les attaques du système neurologique par la pollution,
mais si l'un retrouve les chemin des apprentissages pendant que les autres gagnent en tranquillité,
peut-être faut-il commencer à considérer la question autrement.

Rien à voir, enfin si, quand même un peu,  la semaine dernière, j'étais assise à une table, et j'écoutais mes 4èmes grades préparer des affiches sur le cycle de vie des plantes. Je cochais ma petite grille d'observation pour le français.


Pis je les ai regardés.
Travailler ensemble, coopérer, se contredire, argumenter... avec leur français maladroit.
J'ai repensé à l'an dernier, l'enfer que c'était cette classe de boulets, qui n'avançait pas, n'était intéressée par rien, ne pensait qu'à jouer, avec en plus un esprit individualiste insupportable.
Je me suis sentie super fière d'eux, et je me suis promis de m'en souvenir la prochaine fois,
qu'avec ma collègue, on se plaindra de nos 3èmes grades de cette année...

A ce propos, j'ai lu que les élèves français sont en queue de peloton s'agissant des maths et des sciences.
Ben je peux vous dire une chose, c'est que, moi en sciences, depuis que je suis sur l'autre bord,
je me suis bien détendue du slip.
Vous voyez le collier de nouilles et bonbons, sur un cure-pipe, là ?
C'est un modèle de colonne vertébrale
Ou comment faire comprendre à des mômes de 8 ans, pourquoi on peut plier le dos...
On a aussi eu le céleri qui devient bleu, le haricot qui fait du gymkhana dans une boîte à chaussure, la bouilloire qui fait pleuvoir...

Un peu après cette séance, on a commencé une nouvelle séquence d'étude de l'impact de l'homme sur son environnement.
Pendant la première séance, ils devaient faire la liste de ce dont on a absolument besoin pour survivre (manger, boire, respirer, s'abriter, s'habiller...).
Un groupe a discuté ferme pour savoir s'il fallait ajouter Jésus.
C. a dit : "Mais si, on a ABSOLUMENT besoin de Jésus !" et les autres ne savaient ABSOLUMENT pas quoi répondre.
Jusqu'à ce qu' E. ait la présence d'esprit de remarquer : "Ecoute, madame Nicole nous a JAMAIS parlé de Jésus en Social studies, alors à mon avis faut pas le mettre."
Ils l'ont pas mis.
Tant mieux, parce que j'étais déjà en train de jongler à toute vitesse comment j'allais évacuer cette question sans commettre de faute de goût...
Et la solution venait pas aisément...

Mais c'est normal qu'on parle de Jésus.
C'est l'Avent.
On met des chansons de Noël pendant l'écriture, je leur ai appris le Pauvre Pâtre, ici pas de complexe avec les chansons religieuses et j'ai une crèche dans ma classe (ainsi qu'un elfe sur l'étagère, je vous montrerai...
C'est une joyeuse période, toute illuminée. même si je travaille jusqu'au 22.
Franzouski arrive le 18, le Kid voulait débarquer la semaine prochaine, j'ai dit niet.
Je suis une mauvaise mère, mais la maîtresse a besoin d'encore un peu de tranquillité.