samedi 11 janvier 2014

Lettre à Elie

Cher Elie,

A midi, pour une fois que je regardais la télé,
je suis tombée sur ton sketch.
J'ai écouté, et à la fin, j'ai un peu eu les larmes aux yeux.
Tu vois Elie, moi ça fait 20 ans que j'ai décidé que les blagues sur les noirs, les juifs, les arabes et les femmes ne me feraient plus rire.
Pourtant, comme Desproges, je pense qu'on peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui. C'est pour ça que j'ai pas envie de rigoler des blagues sur les chambres à gaz avec des antisémites.
Je ne supporte plus le petit racisme ordinaire.
Je ne supporte plus qu'on importe sur le territoire de la République française le conflit israélo-palestinien pour justifier tout et n'importe quoi. Aurait-on idée d'assimiler tous les musulmans français aux miliciens de la Seleka ou d'AQMI ?
Mais en vérité, ce qui me trouble plus dans toute cette histoire, ce ne sont pas les propos de ton ex-compagnon de scène. Une partie de la France est antisémite, c'est triste, mais c'est comme ça. Il y aura toujours des gens pour prétendre que les chambres à gaz, ou le World Trade Center sont des affabulations ourdies par le grand complot juif.  Il y a dix ans, j'ai interviewé un vieux monsieur juif, qui avait été caché chez nous, dans la Creuse, pendant la guerre. Il m'a dit  : "Je ne jette jamais une vieille valise, ça peut servir".
Et il avait raison.
Comme le grand-père d'une de mes amies, qui n'a pas voulu que ses petits-fils soient circoncis, parce qu'on se sait jamais.
Donc, tu vois, je ne suis pas plus que ça choquée. Je sais que c'est comme ça et puis c'est tout.
C'est un terreau fertile pour tous ceux qui trouvent intérêt à y semer de mauvaises graines.
Et justement, c'est ça qui me hérisse, c'est l'étape qui a été franchie, celle de l'enjeu économique qui sous-tend tout ce psychodrame à deux balles.
Dieudonnée, finalement, c'est la preuve qu'on peut gagner sa vie avec le racisme, en faire un business, que ça peut rapporter de l'argent. Un juif n'aurait pas fait mieux non ?
Donc Elie, si toi aussi tu veux aider ton ami
victime des esclavagistes (c'est mal de penser qu'un noir peut-être raciste...)
et martyr d'une grande cause internationale (soutenue par l'Iran et par toute l'Afrique...)
envoie lui, toi aussi, 43 euros, pour recevoir le DVD collector de son spectacle interdit.
Perso, je préfère aller me faire sodomiser ...
Ni Dieu, ni maître, ni diable, ni Dieudonné.
Allez, rendez-vous au jardin Elie, les plantes au moins, elles font silence...


Elie Semoun répond à Dieudonné par Spi0n



3 commentaires:

Barbara a dit…

j'avais loupé la réponse d'Elie
merci

pour le reste tu sais ce que j'en pense
ton texte est suffisamment bien écrit pour ne pas développer plus et ce n'est pas une tribune non plus (je pourrais remplir des pages)
je suis effarée malade des propos tenus par D et comme dit par un éditorialiste dans "c'est ds l'air " à la différence d'un Coluche ou autre dont on sait qu'il ne pense pas ce qu'il dit dans sa blague "raciste" ,lui, si c'est là que c'est grave
il le pense
entraine des gens conscients ou non
d'où la gravité et la dangerosité


ps un des mots de validation : thèse
en (petite ) historienne , je te dirai que ça me rappelle de mauvais souvenirs
ça me touche aussi dans mon histoire personnelle
en effet ça surfe sur ce même courant négationniste et / attentats du 11 septembre
j'ai visionné ses réponses ,des extraits des sketches
j'ai eu du mal
ça me rend malade
d'ailleurs rien que te répondre ça repart alors je vais arrêter là

Barbara a dit…

ps il n'y a pas de "racisme ordinaire" de propos anodin"
c'est tous les jours ,à ch p phrase qu'il faut réagir répondre démontrer changer transformer

surtout ne pas "laisser dire" et se taire

Coline a dit…

tu sais, je crois pas qu'il entraîne des gens,
juste,
il les autorise à dire tout haut ce qu'ils pensent tout bas...
à s'en glorifier
et il gagne du fric avec ça

malheureusement
il y a et il y aura toujours des racistes, et de tous bords
la couleur de la peau ou la religion ne préservant malheureusement pas de la connerie

mais est-ce une raison pour légitimer leur propos ?