mardi 24 juin 2014

Fête de ma musique

La grossitude n'est pas qu'un handicap vestimentaire ou esthétique,
un empêcheur de pécho en rond,
c'est aussi un empoisonneur de souvenirs,
surtout quand on n'a pas opté pour le bon combo fringues
et qu'on a oublié le chouchou dans les cheveux.
Se voir de dos quand on est grosse, je crois que c'est la pire torture qu'on peut s'infliger.
Seulement voilà,
youtube pour youtube,
c'est comme qui dirait foutu pour foutu....

Et une fois intégrée l'idée que, de toute façon, tout le monde me voit comme ça tous les jours,
comment résister à ce à moment de joie ?
Un souvenir léger, qui tourne et s'envole sur les airs du temps.
A l'initiative de Caro et Laurent, de Passe à ton voisin,
deux flashes mob dans des galeries commerciales,
avec un petit prolongement place du marché.
Un samedi de soleil qui a très bien commencé.





Plein de petits détails me font sourire : les bébés dans le dos, dans les bras, les caddies pleins, le directeur de Carrouf qui mitraille avec son portable, la vielleuse accroupie, les jupes qui tournent, les musiciens au milieu des danseurs.

Edit : pour conclure l'atelier bi-mensuel de Passe à ton voisin, un bal trad' à la salle des fêtes de Saint Fiel, à 3km au nord de Guéret, ce mercredi 25 juin.
Rendez vous dès 19h, pour partager un buffet avec ce que chacun aura apporté.
Le bal est animé par Laurent et Caro, soit le Duo Eva.
Tout le monde peut venir, c'est gratuit, et je m'attacherai pas les cheveux.

3 commentaires:

Geneviève a dit…

J'adore ! Ce qui compte, c'est la joie de la musique et de la danse.
Délicieuse parenthèse dans le quotidien des courses, du travail...
J'aime aussi les jupes qui tournent et j'en cherche une ultra légère (et plus courte) pour marcher. Je vais trouver ça en solde et m'arranger avec une paire ce ciseaux et ma machine à coudre s'il le faut !

Barbara a dit…

moi je vois surtout des sourires des sourires de le faire des sourires de donner des sourires partagés

extra

Coline a dit…

Franchement, c'était un bon moment, et effectivement, ce qui me reste, ce sont la surprise et les sourires.