mardi 6 septembre 2016

A ras d'eau

Point de blues du dimanche soir cette semaine.
Vous me direz que c'est bien normal, vu qu'on est lundi...
Mais c'était Labor day, un jour off,
une première vraie pause depuis la rentrée,
ça fait pas de mal...

Mon beau est descendu avec un canoë,
on a fait des tours de swamp à la pagaie
et je me disais que, vraiment, en un an,
les choses ont changé.
En mieux....



J'aime toujours autant voir le monde depuis l'eau.
L'arrière des maisons que je passe d'habitude à vélo.
Les arbres...


Oui ma vie a changé un tas.
Pas toujours dans le sens que j'espérais.
Parfois je me regarde vivre avec étonnement.
Et une grande gratitude pour cette tranche de vie qui m'est donnée.
Comme je dis toujours aux boys,
il faut savoir être ouvert aux surprises.
Là, j'ai une impression étrange : à la fois le temps file à cette vitesse hallucinante qui accélère le cours des choses quand on prend de l'âge.
Tant de lieux à voir, de rencontres à venir, et si peu de mois devant ...
Et en même temps, c'est presque une parenthèse suspendue, un univers parallèle au vôtre, un peu comme si, pendant quelque temps, je ne vieillissais pas.
La légèreté d'un corps que j'apprends à apprivoiser et à accepter.
Quelques rides en attendant le grand plongeon de la peau dans la deuxième moitié, mais pas trop.

Moi qui ai laissé mes fils pour qu'ils arrêtent de m'emmerder apprennent la confiance et l'autonomie, j'ai découvert, en quelques heures,  l'adolescence d'une fille qui n'est pas la mienne, pour qui ce n'est sûrement pas facile, mais dont la présence a finalement ajouté un goût de miel à ce week-end.

Ça aurait pu être tendu et très inconfortable.
Mais la grâce de ces gestes, la maturité de ses propos, ses efforts polis et spontanés quand même, la cuisine à deux...
Je me suis laissée porter, comme le canoë dans le courant.
Il faut dire que je n'ai aucun repère autre qu'intellectuel sur la question, puisque je n'ai jamais vécu tout cela à titre personnel. J'ai toujours pensé, et je continue, que l'adolescence est un luxe de société occidentale bien nourrie mais dépourvue de rites de passage.
Un luxe que je ne me suis pas offert : un jour de ma onzième année je me suis réveillée sans maman,
un mois après j'avais mes premières règles, et j'ai appris avec mon père ancien légionnaire à faire le ménage et la cuisine.
Pas trop mal je crois.
Quand j'ai eu mes fils, personne n'est venu m'aider au retour de la maternité ou me donner des conseils plus ou moins efficaces.
J'avais découvert avec la douce Maya de Franzouski qu'une fille à la maison, c'est bien bon.
Je confirme.
Et maintenant on est lundi soir et j'ai pas le blues du dimanche.


Edit 1 : pas de photo de ces merveilles de la nature, j'ai toujours peur que le canoë ne capote avec mon téléphone dedans... Je pense que je vais acquérir un petit appareil photo pas cher pour quand même immortaliser ces moments et ces lieux magiques, dont je ne me lasse pas.

Edit 2 : je suis bien contente de revoir le Kid, bien que ce soit pas gagné : il croyait avoir acheté son billet, mais en fait non... J'ai réalisé qu'il n'avait jamais acheté un billet d'avion seul.
Il a fait un second strike, sans maman, et il quitte  bien la France  dans ... ouh là là, moins de 2 semaines...

Edit 3 : c'est pas grave Emilie, tu peux copier, ça fait encore plus de bonnes ondes de toute façon. Qui s'en plaindrait ?

11 commentaires:

Barbara a dit…

merci

il est bon que tu goûtes encore et encore aux douceurs et au miel aujourd'hui

Barbara a dit…

et ♥

Emilie a dit…

Merci pour ce beau billet (et pour votre mansuétude, à Barbara et toi ;-)). Je confirme qu'avoir une fille à la maison, même quand ce n'est pas la sienne, c'est bien agréable. Et continue à nous raconter cette parenthèse enchantée au fil de l'eau...

Geneviève a dit…

Comme je suis contente de voir que la visite de ton beau (accompagné de sa fille si j'ai bien compris) s'est bien passée: balade au fil de l'eau, cuisine, douceur... c'est parfait !

DoMi a dit…

C'est joli, "mon beau", comme expression :-)
Mon ado à moi que j'ai a réellement commencé le lycée hier.
Elle aura 15 ans en décembre.
Peut-être nous ammènera-t-elle son tout premier beau bientôt.
Et j'espère pour elle que sa maman aura le même genre de pensée que toi.
Je t'embrasse.


DoMi a dit…

Oups, "amènera", bien sûr…

Coline a dit…

C'est local...
15 ans le bel âge...

jumelleastro a dit…

Toujours autant de poésie et d'aventures en te lisant : quel mélange subtil et agréable :-)

Mamina a dit…


Il est joli tout plein ton billet...
Plein de douceur, d'acceptation...
Le bonheur te gagne...
Bisous

leyleydu95 a dit…

"Une fille à la maison, c'est bon "
tu es trop jeune pour ça mais j'aurai bien aimé avoir une maman aussi curieuse et ouverte que toi!
Je n'ai que des gars à la maison et j'aime bien aussi cette sensation d'être un peu leur "princesse"...Parfois, je suis Aurore et parfois je suis Cendrillon;ça dépend des jours et de leurs humeurs!

Profite de cette parenthèse Coline, toi qui semble avoir la faculté d'apprécier les événements qui se présentent à toi; moi je stresse pour un rien mais je grandis un peu chaque jour malgré tout...

Barbara a dit…

bon week end Coline