jeudi 18 octobre 2018

Sur le cœur...

Hier, je sortais d'une école, j'ai reçu un mail de mon frère.
"Hello, je serai demain chez le notaire, j'en profiterai pour te rapporter l'urne..".

Comprenez l'urne contenant les cendres de notre mère.
Toujours pas inhumée depuis le 4 janvier...

C'est monté comme un mascaret, balayant tout sur son passage.
J'ai eu l'impression de suffoquer.
J'ai répondu : tu vas toucher du fric que t'as pas mérité, tu ne t'es jamais occupé de maman de son vivant, (de papa non plus soit dit en passant) même pas un coup de fil pour Noël, tu vas peut-être te bouger maintenant qu'elle est morte ?

Mais finalement j'ai tout effacé, et j'ai écrit :
"Je regrette mais non.
Je ne reprendrai pas l'urne.
J'ai fait plus que ma part.
ça suffit."

Puis j'ai appelé Franzouski, parce qu'il fallait VRAIMENT que je parle à quelqu'un.
En échangeant avec lui, la solution m'est apparue.
J'ai appelé le notaire, demandé une procuration.
Et effacé cette vision de cauchemar d'une urne refilée comme une patate chaude dans l'étude ...

Entre temps il avait répondu "Ah bon ? J'ai dû mal comprendre".
En effet.
Mais ça n'a rien changé. J'avais pas envie de le voir prendre son chèque avec son air propre sur lui.
Je n'y suis pas allée.

En un sens, sa désinvolture m'a rendu service et évité un déplacement à Guéret.
J'ai passé une journée douce et calme à Moulins, dans la lumière de l'automne.

Sauf que... même avec cette solution, la tempête émotionnelle ne s'est pas calmée.
C'est comme si on avait jeté un gros caillou au fond d'une eau calme, et que toute la vase soit remontée.

J'ai décidé que c'est fini, je ne lui trouverai plus d'excuse.
Que je ne me sentirai plus coupable.

Mais pour ça je vais devoir me débarrasser de tout ce qui est remonté avec le courant.
Il est temps.
Samedi je prends l'avion, mais après les vacances, j'empoigne cette question : vider mon cœur de ses derniers tourments, ceux qui étaient cachés au plus profond de mon âme.






4 commentaires:

Barbara a dit…

tu sais quoi?
j'ai presque suffoqué en lisant ces lignes
alors j'imagine l'effet sur toi (l'image de la vague boueuse qui remonte d'un coup je connais très bien )

j'espère que tu as pu dormir / te reposer /quand même
qu'aujourd'hui sera plus apaisé ... et surtout que tu vas arriver à faire une parenthèse pendant tes vacances

ps tu as eu raison d'appeler ton fils
ps 2 les jours où tu as envie d'évacuer ,crier, pleurer, t'épancher,..., n'hésite pas si je peux servir d'oreille attentive et compatissante du fond de mon canapé c'est avec plaisir
bises
douces
et chaudoudoux

Coline a dit…

Il est certain que savoir qu'on a toujours des gens à qui parler, ça aide...

Barbara a dit…

bisous ma belle et bon jeudi ♥

Geneviève a dit…

C'est terrible ce que tu racontes...
Et tu as eu raison de faire cette procuration ...