mardi 31 janvier 2012

L'éducation coûte cher ? Vendons nos enfants pour payer la dette....

Il y avait du monde quand même
malgré tous ceux qui baissent la tête
qui s'habituent à tout
surtout au pire
oui
le boulevard St Michel était plein
et franchement
ça fait du bien...

la suite du reportage photo demain 
je suis rincée

samedi 28 janvier 2012

Culte



Tombée dessus via le blog de Lolobobo

Le samedi c'est yummy # 3

La vie c'est pas yummy quand :
- il neige et que tu es obligée de sortir ;
- ton fils t'annonce qu'il veut abandonner ses études d'infirmier pour entrer dans l'armée ;
- tu n'as plus le temps d'aller danser, nager, prendre l'air et que ça t'étouffe.

La vie c'est yummy quand :
- il neige et que tu n'es pas obligée de sortir ;
- tu manges tous les lundis avec ta Cécile et que t'as plus le blues du dimanche soir ;
- tu lis et que les albums te ravissent, les nouvelles t'emportent, les romans te donnent des ailes ;
- tu passes dans le jardin de janvier, les deux heures juste avant la tombée de la nuit ;
- tu rentres à la même heure, mais il fait encore jour.

vendredi 27 janvier 2012

Le jeu des plein d'erreurs

2006

2012


Un indice :





Le régime du flan
le régime qui rend
arrogant ?

Le régime pénal,
le régime qui passe mal. 
(30/1/2004 : 18 mois d'emprisonnement avec sursis et 10 ans inéligibilité,
ramenés en appel à
14 mois d'emprisonnement avec sursis et 1 an d'inéligibilité, le 1/12/2004)
ça se contredate pas un peu tout ça ?

mercredi 25 janvier 2012

Chantier de démolition

Non Barbara,
il n'y avait pas beaucoup de monde à la manif.
C'est consternant.
Beaucoup de collègues pensent que tout cela ne sert à rien, et qu'il vaut mieux attendre les élections.
Je crains malheureusement que ce qui aura été démoli ne soit pas réparable.
On ne reviendra pas en arrière.
Plus de prise en charge des enfants en difficulté,
orientation précoce.
Une fois fermées les filières professionnelles, il sera très facile de promouvoir l'apprentissage à partir de .... 12 ans
comme cela est prévu.
Une chose que ces gens n'accepteraient jamais pour leurs propres enfants.

Fini le collège unique,
c'est la consécration du collège inique...

- Les collègues du primaire ne sont pas nombreux, ceux du secondaire brillent par leur absence.
- Les élus n'arrivent pas à s'unir en période pré électorale.
- Les parents ne saisissent pas bien l'ampleur du désastre : tant qu'on ne ferme pas une classe de leur école, ils ne bougent pas.
Sauf que, quand ils connaîtront les arbitrages, ce sera trop tard.
Surtout que beaucoup de postes sont hors-classe : dans le département voisin, la Haute-Vienne, c'est la suppression définitive des postes E et G, des conseillers péda art plastique, musique, EPS, langue, et même d'un poste de conseiller de circonscription, des classes d'application (et donc des décharges de maîtres-formateurs), de la CLIN itinérante, de l'intervenant informatique, des enseignants référents à la Maison du Handicap,
à quoi s'ajoutent
39 fermetures pures et simples de classe.

Nous
on saura dans quinze jours.

L'absence de mobilisation équivaut à un soutien, à un permis de détruire.

Chacun est libre de faire ce qu'il veut, grève ou pas, manifester ou pas.
Mais j'espère n'avoir à entendre, dans les prochains mois aucune plainte sur les conditions de travail, ni remarque sur l'action syndicale...Parce que je ne suis pas certaine de garder mon sang-froid.



Heureusement le train pour mardi est plein.
Il a même fallu racheter des places.
Et ça
c'est cool !

Dette publique

Le petit Nicolas aime les grillades.
Installation d'un four dans son avion : 75 000 euros

Le petit Nicolas a envie d'être tranquille.
Motorisation des rideaux occultant les hublots : 310 000 euros

Le petit Nicolas n'aime pas prendre la porte.
Désactivation d'une porte de l'appareil : 1 200 000  euros

Le petit Nicolas ne fait pas les choses à moitié.
Études préalables à la pose du four et des rideaux : 700 000 euros

Total : 2 285 000  euros
Soit 63 ans de salaire d'un enseignant du primaire....

Quand les andouilles voleront
qui sera chef d'escadrille ?

Source : rapport de la Cour des comptes

Devinette

Quelle différence y a-t-il entre jouer aux legos et faire l'amour ? 
(à part ma considération, 
il n'y a rien à gagner..)


Bon je vous laisse j'ai manif à Limoges.

lundi 23 janvier 2012

L'anti-blues du lundi

Quand j'ai pas envie
d'y aller
le lundi matin,
je pense toujours à cette chanson

dimanche 22 janvier 2012

Le Horla

video



Quand j'ai des mots dans la tête,
il faut qu'ils sortent,
même si le son est dégueu, komdab.

 Les planches de BD sont de
Pascal Hennion
qui
n'a pas terminé son projet
et c'est bien dommage.


samedi 21 janvier 2012

Au son du pigeon



Je viens de recevoir deux pages
- plus une pétition à l'intention de Valérie Pécresse-
d'une lettre délirante
signée par un certain Alain Mathieu
représentant une organisation vachement utile
"Contribuables associés, contre l'oppression fiscale, la pression des contribuables"
qui dénonce
en vrac :
- un détenu qui touchait l'APL en prison ;
- les fraudeurs aux assurances maladie et chômage ;
- les médecins qui niquent la sécu en empochant deux ou trois visites au nom d'un miséreux titulaire de la CMU ;
- des salauds d'Algériens qui continuent de percevoir leur retraite après leur mort ;
et le reste à l'avenant,
histoire de nous faire comprendre que la bureaucratie et les syndicats "ne sont pas tout-puissants".
Alors ? Comment submerger Bercy de nos protestations sachant que le fonctionnaire du Trésor craint les "manifestations de masse" ? En écrivant ?
Que nenni mon pigeon lapin,
il nous faut faire parvenir à l'ami Malin Mafieux Alain Mathieu, la modique somme de 40 ou 80 euros, sachant que "même 20 euros seraient déjà une aide estimable",
pour l'aider à contacter des milliers d'autres contribuables.

Tiens,
vous savez quoi ?
vous n'avez qu'à me les envoyer à moi
et je m'engage à les lui faire parvenir...

L'éducation, ça compte énormément

Comment le ministère de l’Éducation nationale a-t-il évalué à 5700 le nombres de postes à supprimer ?
Voici quelques bonnes feuilles d'un document qui circule via les organisations syndicales et qui en disent long sur les objectifs à atteindre :
- Augmentation de la taille des classes dans le premier degré, qui "peut-être envisagée sans dégradation des résultats des élèves. Le resserrement du réseau scolaire doit pouvoir s'accompagner désormais d'ne réduction significative du nombre de classes..."(après tout, de mon temps, on était 40 par classe, et personne ne mouftait...)
- Réduction des besoins de remplacements dans le premier degré en recourant "à des non-titulaires (tu as un dictionnaire et une calculette ? tu ne trouve pas de boulot ? deviens un enseignant précaire et remplaçant...) représentant une ressource plus flexible dont le rendement est proche de 100 %", à quoi s'ajoute "l'organisation hors du temps scolaire de la formation continue à destination des enseignants".
- Baisse de la scolarisation des enfants âgés de deux ans (qui est passée de 34,8% à 15,2% en dix ans, avec trois points de moins, rien qu'en 2008 et 2009...). Pour cela, il ne faut pas en tenir compte dans les effectifs, qui seront très supportables avec 32 élèves par classe (sans les deux ans donc...), et, soyons magnanimes, 27 en maternelle de zep.
- Purge sur tous les postes hors la classe : 
- enseignants chargés de la prévention et du traitement des difficultés scolaires (dont rased) : 12 918 emplois, suppression des maîtres G et E, et mise en extinction des psychologues scolaires ;
- enseignants qui accueillent les primo-arrivants (super, ils ne m'ont pas oubliée) : 920 emplois (c'est pourtant une loi qui rend cet accueil obligatoire, mais qui s'inquiète des lois aujourd'hui ? les chiffres de reconduites à la frontière et les performances sur la délinquance, ça oui, c'est important)
- et enfin, les conseillers pédagogiques : 3 618 emplois.
Après ? Ben à part les IEN et les IA, je vois pas...

Ami citoyen
arrête de geindre
et
viens voter avec tes pieds
le 31 janvier à Paris
Si tu es en Creuse
départ de la Souterraine
à 10h37.

L'illustration,
à la manière de Christian Voltz,
c'est pour garder le moral.
qui a un projet cirque
incluant une classe de découverte en mars.
Oui
pendant les travaux de démolition,
l'école continue...
 


Le samedi, c'est yummy # 2

La vie c'est pas yummy quand :
- il faut changer la housse de la couette 2,20 x 2,40 ;
- je suis réveillée en pleine nuit par le coq de la voisine, qui a dû essayer de se faire un oie, parce qu'elles embrayent juste après ;
- je rêve du Horla, il me regarde pendant que je dors ;
- j'ai oublié de protéger mon pare-brise, que je suis en retard, et que merde, il faut gratter....


La vie c'est yummy quand :
- je me glisse sous la couette en sortant de la douche, après avoir changé la housse ;
- je vais chercher une baguette au sésame pour le petit déjeuner ;
- je me gave de contes géorgiens, arméniens, kirghiz, je ne sais pas pourquoi, parce que j'ai envie ; le Caucase c'est vraiment un des berceaux de l'humanité.
- je relis plein de nouvelles de Maupassant ;
- j'ai une nouvelle chanson dans la tête en me levant, et des bouts d'histoire aussi.

mercredi 18 janvier 2012

Open mind

Tara & Finn repartent aux Pays-Bas.
On s'est dit au revoir hier
en français
parce que,
même s'ils ne sont là que depuis septembre,
ils parlent déjà très bien.
On peut avoir des conversations à propos de livres qu'ils ont lus,
d'émissions de télé néerlandaises,
de chansons.
En fait,
je suis pleine d'admiration pour ces gamins,
comme aussi pour cette petite chinoise arrivée en février dernier
et qui rajoute soigneusement un "s" au pluriel quand on fait des dictées (et -ent aux verbes).



Mais ce que j'ai bien aimé chez cette famille néerlandaise
c'est le côté ouvert :
ils ne sont venus que pour six mois,
le temps du congé parental pour le petit dernier.
Ils ont saisi l'opportunité
comme ça
parce que c'est riche
et que les enfants s'en souviendront toute leur vie (oui, les parents aussi ont bien progressé en français...)
Ils reviendront pour les vacances
et ça me fera plaisir de les voir grandir.
Les au-revoir ne sont pas toujours tristes,
lorsqu'ils sont pleins de promesses.


mardi 17 janvier 2012

Mnif ntionle

 Pour le Limousin,
300 postes supprimés,
c'est l'équivlent d'une fermeture d'entreprise.
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
... ceux qui pensent
qu'on ne peut rien fire.
... ceux qui se plignent et se désolent.
... ceux qui n'en peuvent plus des conditions d'enseignement dégrdées
Je dis
il est temps de montrer un peu les dents
Rendez-vous le mrdi 31 jnvier
... Pris en Ile-de-Frnce.

Mis surtout
mnifester
ensemble
et nombreux
c'est se sentir moins seul.

L'eduction ntionle c'est l'ffire de tous les frnçis !

PS.  Pour l'orgnistion du voyge, cmrde, téléphone Snuipp....chez Cost, ils sont surbookés.

dimanche 15 janvier 2012

Parlez-moi de vous !

Un film touchant
avec une Karin Viard terriblement élégante
à la fois forte et vulnérable
sur ses louboutins à semelle rouge.
J'ai aimé l'histoire
mais aussi une foule de petits détails
qui m'ont donné envie de rire à des moments graves
et de pleurer dans d'autres scènes incongrues.



Et la chanson du générique de fin :

samedi 14 janvier 2012

Le samedi c'est yummy* # 1

La vie c'est pas yummy quand :
- on s'évanouit dans le couloir et qu'on se réveille la bouche pleine de sang ;
- on se lève dans le brouillard, et se couche dans le coltard ;
- on est consterné par le projet de carte scolaire, et qu'on compte les établissements qui ferment leurs portes ;
- on réconforte son fils qui a bossé tout le we (avec moi...) pour finalement être évalué sur un truc qui n'était pas dans la liste (placer les pays d'Afrique du Nord sur une carte...).

La vie c'est yummy quand :
- t'es clouée au lit, mais il y a de la lumière ;

- quelqu'un te prépare un bouillon de légumes et va faire tes courses ;
- ton père à 87 ans, pour la première fois de ta vie, te fait un cadeau, un vrai après avoir comploté avec son auxiliaire de vie pour aller voir à la parfumerie la fille de ta copine qui y effectue son stage, et t'offrir un flacon de Shalimar, le seul parfum que tu aimes ;
- tu as des nouvelles d'un ami ;
- tu as envie de faire un grand voyage chez les nomades d'Asie ; mais comme tu ne sais pas quand ce sera possible, tu regardes dans des livres.




-------------------------
* yummy, en français, ça veut dire très delicious & delightful

vendredi 13 janvier 2012

Riz olé

Je suis gourmande.
Très.
J'aime le sucré, le salé, ET le sucré-salé.
Après chaque tablette de chocolat
après chaque part de trop,
je me dis, c'est la dernière.
et ce n'est jamais la dernière.
Or, depuis trois jours,
profitant pleinement des ces étrennes de l'enseignant
qu'est la débâcle du mois de  janvier,
une seule chose me fait envie : le riz.
Avec un trait de sauce Maggi,
soyons fous.

Ne nous méprenons pas,
j'aime toujours le sucré, le salé, ET le sucré-salé,
mais là,
je n'ai envie que de riz.
Avec un trait de sauce Maggi.

Dans ma vie professionnelle
ça a toujours été un peu pareil.
J'aime les défis, les challenges, être toujours charette.
Ce qui fait qu'en voyant l'appel à candidature pour le nouvel Établissement de réinsertion scolaire*
qui doit ouvrir ses portes à Guéret et accueillir six élèves dès le mois de mars (ça doit être ce qu'on appelle une école de campagne...)
mon ego
qui est assez formidable
a bu son verre de petit lait en repensant au rapport que lui et moi on avait rendu en juin...
puis il a voulu cliquer sur open office pour écrire sa lettre de candidature au recteur.
C'est à ce moment là que ma conscience a tendu un seau à mon MOI (mon ça ne s'est rendu compte de rien, il est toujours occupé à se répandre dans mes phrases), subitement écœuré.
Je n'ai pas vraiment envie de faire ça.

Ce n'était pas à proprement parler de l’écœurement, mais plutôt une sorte d'inappétence.Ce n'est pas que je n'aime plus mettre les bouchées doubles,
c'est davantage de l'ordre de la vacuité.
C'est vain.
Subitement
j'ai eu envie de continuer à faire cuire du riz
dans ma vie professionnelle aussi.
Avec un trait de sauce Maggi.
Quand même.


Un quart de dixième de seconde plus tard, j'avais éteint mon ordi.

Ce qui m'a laissé du temps pour descendre bricoler au sous-sol.
Oui, pendant les vacances de Noël, je n'ai pas seulement contribué à la création du concept de non-sapin, recommencé à cuire des cookies, lu des vrais livres, et écrit des bêtises, j'ai aussi rien foutu et rangé le sous-sol.

Ami lecteur, si tu n'es pas Danaïde, tu n'as aucune idée de ce qu'est le rangement d'un sous-sol
une opération de grande envergure qui exige d'avoir l'esprit libre :
- passer trois jours à réfléchir comment on va faire et pourquoi ;
- trois autres jours à déplacer des trucs de la cave au garage, du garage à la buanderie, de la buanderie au bureau, et notamment des cartons pas ouverts depuis ... 2007.
- deux jours à trier VRAIMENT ;
- deux jours de photos et d'annonces sur le Bon coin ;
- et enfin une journée de déchetterie.

Devant cet espace vide et propre,
j'ai repensé à ces vacances de Noël 2009, occupée à déprimer tout en concevant des livrets, envoyés dans la foulée pour validation à la circonscription. Ma collègue, qui était tout le contraire d'une feignasse, avait utilisé son énergie à des productions plus utiles, et terminé ses anciens modèles. Bilan des courses, à la rentrée de septembre, on avait des modèles départementaux tout prêts.
Les mêmes que les miens.

Là quand même, j'ai gravé l'info sur mon disque dur.
Cependant
comme dans ce domaine,
j'ai l'intelligence d'une guêpe et que je n'apprends pas vite,
après chaque défi relevé, utile, ou franchement dérisoire,
je me jure que ce sera le dernier.
Et chaque fois je recommence.

L'année dernière, j'ai décidé de passer le Capa-sh pour travailler dans un établissement pénitentiaire qui ne verra pas le jour, et je me suis un peu trop investie sur un poste qui ne m'a pas réattribué,
vu que je n'y étais pas à ma place.
Comme j'ai quand même la capacité de savoir tourner la page, j'ai donc bourré deux sacs de 100 litres de paperasses et de bouquins qui ne me serviront plus jamais (et encore, j'ai gardé des feuilles pour les brouillons...). Auxquels il faut ajouter les tombereaux de doc accumulée chaque fois que je me suis enthousiasmée pour un niveau, un remplacement, un projet.

Alors là
en attendant qu'on supprime mon poste,
dont j'imagine qu'il sera l'un des premiers dans la charette des 30 suppressions départementales en primaire (sur quelques 450 classes)
je ne vais pas avoir les yeux plus gros que le ventre pour l'an prochain
je vais attendre la carte scolaire
puis le mouvement
et dans l'immédiat
je vais me faire cuire
des coquillettes au jambon.

Avec du beurre.
Demi-sel.

Un soudain besoin de fantaisie.




Quel rapport avec le post ?
si j'ai un CP l'an prochain
on apprendra à raconter des histoires comme ça.
----------------------------

* C'est une info officielle : voir La montagne Édition Creuse du 10 janvier 2012


jeudi 12 janvier 2012

La dette publique, c'est facile.

Grâce à un com sur le blog de Caroline
j'ai trouvé ça
où est très bien expliqué
pourquoi
on aura beau se serrer la ceinture
et supprimer tous ces salauds de fonctionnaires
on sera toujours dans la même merde
vu que la dette publique actuelle n'est pas imputable aux dépenses publiques
mais au mode actuel de création de la monnaie (fictive en plus)
qui ne dépend plus des banques centrales
mais des banques privées
qui ne le font pas gratuitement
of course.
Regardez bien jusqu'au bout
ça ne dure que 10 minutes.

mercredi 11 janvier 2012

Tombe

Les petites étoiles devant mes yeux s'agglomèrent brutalement en un brouillard jaune et cotonneux
Vlam !
Quand j'ouvre les yeux
je crois d'abord être tombée de mon lit
mais je suis allongée par terre dans le couloir
la tête contre la porte
groggy, j'émerge un peu
un liquide salé coule dans ma bouche
je passe ma langue sur mes dents : elles sont toutes là
c'est déjà ça.
Je sens la froidure du sol gagner ma peau.
Je tâte mon nez,
il a l'air normal
pas comme ma lèvre fendue et déjà bien enflée.
Je pense à mon père
à ce qu'il a dû éprouver les premières fois qu'il est tombé.
Je rampe jusqu'à mon lit, essuie vaguement le sang qui coule.
Je me rendors en pensant
que
la vie est dure parfois
surtout quand il fait nuit.


Anais - La vie est dure par ANAIS_inyourface

lundi 9 janvier 2012

Fairy tales

The story always begins with the right words
these kind of words you want to understand.
Then, the night seems never so blind
as when you are deaf and dumb.
You think you're losing your mind ?
sorry,
it's just the sound of the empty space behind
when you're still crying about your silent heart.

To be continued, once upon a time
on a night which was not so dark
but blue, deep sweet blue,
above north wall, white satin
reaching the hedge purple almost violine.

In the brightness of million stars, pricked on the light silky velvet
You know that's soon the time of the end of the no-sense words
Your heart squeezes up, while you don't raise eyes to heaven
Some of them are falling down, gliding over the wings of the wind
Will you able to pick them if they fall in your garden ?
If your soul is on mute, please restore the sound of your life.


------------------
Ne me demandez pas pourquoi ça me vient en anglais
je n'en ai aucune idée
surtout que c'est certainement bourré de fautes.



Le temps d'être lent

Qu'est-ce qui a le plus changé dans ma vie ces derniers mois ?
Ce serait difficile de faire un classement.
La découverte de la maladie de mon père
le départ de mon fils aîné
dormir parfois seule,
parfois accompagnée,
l'itinérance, poser mon sac pour une heure trente, quatre fois par jour.
Ce que je ressens le plus profondément
en fait
c'est le déroulement du temps
une once plus lent
Les soirées sont à peine moins denses
toujours un peu chargées
préparer le repas,
du soir
et du lendemain midi, gérer la maison
les devoirs du dernier, qui partira l'an prochain, déjà...
Mais ne plus avoir à préparer trois niveaux de classe
avoir abandonné aussi un tas d'activités qui ne me paraissaient pas essentielles
m'a laissé un luxe extraordinaire et inespéré :
le temps d'écrire.
Surtout le matin
et même le week-end.
Le temps de me poser et de faire courir mes doigts sur le clavier
aussi vite que les mots affluent, que l'histoire imprime ses images, que les personnages se meuvent.
Écrire est comme une urgence
surtout que je ne suis pas sûre de pouvoir continuer l'an prochain,
j'ai comme dans l'idée que mon poste fera partie des 31 supprimés,
dans un département qui comptait jusque là  450 classes pour 120 000 habitants.
Alors
j'écris
et c'est vachement bon.

samedi 7 janvier 2012

La lutte des classes, c'est immoral

Pourquoi le pauvre
est-il pauvre ?
Parce qu'il est indolent et aime être assisté.
Il aime passer le reste du beurre avec un peu d'oignon au fond de la cocotte, et ne pas la laver pour pouvoir y faire sauter des pâtes plusieurs repas de suite.
Il aime manger des saloperies pleines de pesticides, parce qu'elles sont bien plus goûteuses que les produits bio. De toute façon, il ne mange presque pas de légumes, sauf les tomates sur les pizzas sous-vides, et les frites : le pauvre est nul en nutrition.
Cependant, il aime enrichir son déjeuner de protéines agglomérées (oui comme le pauvre a désormais accès a internet, il a envie de faire le régime Ducon, avec quelques adaptations : ça s'appelle le régime financier) en achetant le seul vrai jambon de connaisseur : celui plein d'eau sous plastique.
Il aime acheter des miettes de thon à l'huile avec du riz premier prix.
Parfois même il pique le thon et le riz, parce que le pauvre, d'un naturel envieux et malhonnête, est aussi un peu voleur, surtout s'il est d'origine étrangère.
Il aime acheter des jouets non-éducatifs en solde au mois de janvier, chez un hard-discounter, après Noël.
Il aime aller à pied chez le hard-discounter à l'autre bout de la ville, et revenir, les bras cassés par les sacs en plastiques, le jour de la St RMI.
Il aime qu'on s'intéresse à lui, alors il aime aller chez l'assistante sociale, même quand elle le gronde parce qu'il ne s'occupe pas bien de ses enfants.
Notez que le pauvre a beaucoup trop d'enfants, alors que justement, il ne sait pas s'en occuper. On devrait ligaturer les trompes des femmes pauvres, ça ferait faire des économies aux caisses d'allocations familiales. Surtout qu'ils utilisent les allocs pour le téléphone portable, les clopes, et l'alcool alors  que tout cela coûte cher. Le pauvre a une fâcheuse tendance a vivre au-dessus de ses moyens, c'est pour cela qu'il n'arrive jamais à équilibrer son budget.
En plus, il aime voir ses enfants en détresse au collège parce qu'il ne peut pas les aider, vu que lui, à l'école, il avait aussi la tête sous l'eau. D'ailleurs, il sait que c'est de sa faute si ses gamins ne suivent pas. Les pauvres ne s'intéressent à rien de ce qui intéresse les riches et sont fainéants, c'est bien connu. Parfois, il y a un enfant qui sort du lot et qui réussit. Cela s'appelle l'ascenseur social. Tout le monde connaît quelqu'un qui a un ami qui a été pauvre non ?
Le pauvre est xénophobe aussi : c'est normal, ce sont les étrangers qui lui ont pris son boulot. C'est pourquoi il apprécie particulièrement de ne pas partir en vacances. Les Grecs sont sales et les Espagnols nous vendent des fraises dégueulasses, on va pas en plus aller les voir chez eux. D'ailleurs, ils ne font absolument aucun effort pour redresser leur situation et ils emmerdent toute l'Europe, pourquoi qu'on ferait quelque chose pour leur balance du tourisme ?
Le pauvre est aussi un fieffé égoïste, qui n'aime pas se sacrifier pour les autres. Par exemple, le pauvre ne souhaite pas qu'on augmente la TVA, il préfère que le COÛT-DU-TRAVAIL-EN-FRANCE-RESTE-EXORBITANT-QUE-C'EST-PAS-COMME-EN-ALLEMAGNE-ET-EN-ANGLETERRE.













Taux de pauvreté en Europe
voir le tableau en lisible ici
et une autre présentation


Il s'en fout, il bosse pas, il profite.
Le pauvre est un salaud.
C'est pourquoi il est juste que le pauvre reste pauvre
et qu'il apprenne un peu à se sacrifier pour les autres.




A tous ceux qui pensent que le concept de lutte des classes est dépassé
je réponds que
malheureusement
il n'a jamais été autant d'actualité
y compris dans les pays dits développés.
Pas seulement parce que les grandes stratégies gouvernementales visent essentiellement à préserver
dans l'urgence parfois
les intérêts des plus gros.
Par exemple, vite, avant les élections, il y a urgence à minorer les cotisations patronales,
qui contribuent au financement de nos régimes sociaux déjà menacés,
et à augmenter la TVA de base, l'impôt le plus injuste qui soit,
et dont rien ne garantit que son produit sera affecté auxdits régimes sociaux.

Le problème
c'est que la lutte des classes
c'est aussi la lutte du pot de terre contre le pot de fer
et qu'il faut beaucoup, beaucoup de pots de terre, ensemble
pour avancer un peu.
Or, ce qui a changé vraiment
c'est qu'autrefois, il existait des collectifs d'ouvriers, nombreux,
en rang serrés, soudés par les difficultés du travail en commun.
Ceux qui étaient habitués à en baver au fond du trou,
à partager leur gamelle dans la poussière du charbon,
et à assurer mutuellement la garantie de leur intégrité physique et de leur sécurité,
ceux-là savaient ce que solidarité, et pugnacité veulent dire.
Quand ils étaient en grève, ils ne lâchaient pas le morceau facilement
et pourtant, il leur en coûtait.
C'est comme ça qu'ils ont obtenu quelques avancées sociales.
Ce qui n'a pas empêché la fermeture des mines, je le concède.

Aujourd'hui,
ces grands collectifs n'existent plus, à part peut-être dans les transports
bien isolés quand ils protestent
car l'autre élément nouveau c'est le positionnement des médias qui tisonnent -tout en s'en défendant- cet insupportable feu du "diviser pour mieux régner" (on ne va pas quand même soutenir ces étrangleurs de la France qui travaille alors qu'ils partent en retraite plus tôt, les chiens)



pas vu pas pris (doc interdit) par elsaesser

L'autre grand collectif c'est l’Éducation nationale,
qui pour le même genre de raison ressemble de plus en plus à un grand ventre mou
une tortue sur le dos
qu'on peut désormais bourrer de coups de pieds
sans qu'elle se retourne.
Il n'y a plus de collectif,
Le pauvre désormais
est isolé.
Seul on a peur.
Et quand on a peur,
on n'agit pas.
La lutte des classes
c'est
et ce sera toujours
la lutte des dominés,
contre les dominants.


Pierre Bourdieu - L'Economie Sociale par cp-productions

Le 23 janvier
ce sera l'anniversaire de la mort du sociologue Pierre Bourdieu.
On peut voir là, 
l'intégralité du documentaire qui lui avait été consacré en 2001: la sociologie est un sport de combat.





vendredi 6 janvier 2012

Ils sont partout

Depuis le mouvement de concentration à marche forcé du monde de l'édition dans les années 90
si le secteur connaît toujours une pluralité de marques
essentiellement positionnées par des stratégies marketing liées à la cible
on ne peut pas dire qu'il soit réellement diversifié
sachant que la plupart des informations proviennent plus ou moins des mêmes groupes
liés soit à la haute finance
soit aux travaux publics.
LVMH détient le groupe Les Echos, et Bouygues TF1, M6...
Mon préféré, c'est le groupe Lagardère, qui
même s'il se désengage progressivement de la presse écrite,
de moins en moins rentable apparemment,
détient un maximum de sources d'information du grand public.
Edition & Distribution
Education
Hachette
Hatier
Istra
Dunod
Larousse
Foucher

Littérature, jeunesse, illustrés, encyclopédies...

Grasset
Stock
Fayard
Lattès
Le Masque
Calmann-Lévy
Orbis
Edition n°1
Le livre de poche
Audiolib
Les deux terres
Harlequin
Deux-Coqs d'Or
Gautier-Languereau
Didier
Rageot
Le Chêne
EPA
Hazan
Marabout
Pika (mangas)
Dessain & Tolra
Albert René (Astérix)
Harrap's
Edicef
Presse magazine, radio, télévision, internet



Les Nouveaux chiens de garde Bande-annonce par toutlecine

Ce film sort mercredi prochain...


allez
juste pour le fun
trop facile...




Le bossu par lemondededartagnan


jeudi 5 janvier 2012

Nadine, tais-toi


Clash entre Nadine Morano et Sophia Aram sur... par puremedias
Je la trouve pas plus populaire que la TVA sociale moi...

mercredi 4 janvier 2012

La biroute

C'est une vraie
mais elle a été retirée dans la journée;

mardi 3 janvier 2012

Dukan la joie réinvente l'eugénisme

Le connard qui manquait à la campagne électorale
c'est lui :
Dukan
auteur du régime éponyme
(non, je ne mets pas sa photo, elle est partout).

Dans son livre de conseils en nutrition à l'usage des candidats à la présidentielle
ce type, qui s'en fout plein les fouilles avec son régime hyper-protéiné et ses produits dérivés,
n'en a pas encore assez.
En plus de vouloir créer des fast-food dédiés à ses galettes au son d'avoine,
il propose carrément d'attribuer des points bonus au bac
pour les candidats qui font des efforts pour diminuer leur indice de masse corporelle.
Six pesées dans l'année.
Oui.
Bon, je m'insurge déjà : et les autres alors ?
Ceux qui ne passent pas le bac ?
Ben oui, je vous le demande un peu...  une fois de plus, les illettrés sont oubliés !
Notez bien que
quand on voit ce que devient l'éducation nationale
franchement
on n'est pas à une loufoquerie près.
Mais moi surtout
ça me fait froid dans le dos cet ostracisme des gros.
Je me souviens
l'année du bac,
je mesurais déjà 1m69
et je pesais 50 kg.
J'avais 16 ans
et
évidemment,
avec mes gros nichons
je me trouvais grosse.
Et comme le père Dukan n'a pas inventé le régime protéiné
à l'époque
je m'en suis ingurgité de la nourriture achetée dans les pharmacies.
Plus les régimes Scarsdale, Mayo (non, pas de la mayonnaise, mais des œufs durs et des pamplemousses, après t'en mange plus pendant vingt ans), le régime ananas (pareil, après tu peux plus blairer l'ananas).
Bilan des courses : je perdais 10 kilos (oui, ces trucs là ça marche toujours, puisqu'en fait, tu manges moins), et j'en reprenais 15 dans la foulée. Jusqu'à peser 120 kilos après avoir survécu à une période de boulimie sanglante.



Alors
à ce mégalo qui est tellement sûr qu'il va sauver l'humanité de ce fléau qu'est l'obésité
qu'il est prêt à tout pour cela
moi je dis
que j'eusse aimé qu'il s'attaquât
(oui, j'ai eu mon bac sans les points de grosserie, juste avec le subjonctif) avec la même ardeur,
à la lutte contre la famine dans le monde.
Mais bon
là ça ne rapporte rien
ça coûte.




Non,
j'ai une meilleure stratégie d'action
une solution très simple :
on recenserait d'abord tous les gros et les grosses,
ces salauds et ces salopes qui coûtent un max à la sécu
que vraiment par ces temps de crise on n'a plus les moyens de les entretenir.


En tête de liste
on mettrait tous les gros pauvres
ceux qui se nourrissent chez les hard-discounters
et qui compensent l'absence de fric
avec un peu plus de gras et de sucre pour leurs gamins (en plus ils se reproduisent ces rats !).
Oui
vu qu'ils sont économiquement faibles
ils ne risquent pas d'acheter ça :
 ( Super Ducon a donné son nom à une dizaine de marques, plus les livres, et le site de coaching payant sur  internet -mais, ça, il en ont tous un maintenant).

Puis on mettrait un peu de people aussi, Beth Ditto, Big Beauty...
C'est intolérable ces grosses qui se permettent d'être cools (surtout que Beth Ditto, en plus, elle est lesbienne, non mais franchement...)

Après,
on les met tous des dans camps
et on les oblige à faire le régime.
Oui, parce que là
c'est l’État qui paierait les protéines.
et après,
tatam,
on sera tous NORMAUX !
Comment ça
ce n'est pas original ?
Quelqu'un a déjà eu l'idée avant moi ?
Ah bon.

lundi 2 janvier 2012

Still young

- Vous me manquez
- Toi aussi tu nous manques. Mais tu me manques depuis très longtemps, depuis qu'on n'arrive plus à communiquer. C'est dommage : je sais combien peut être grande ta lucidité, et profonde ton humanité. Je sais que tu serais un interlocuteur brillant.
Il faut que tu saches que je suis passée par là moi aussi, et que j'ai expérimenté tout un tas de fausses solutions. Alors crois-moi quand je te dis que l'apaisement le plus efficace n'est jamais dans la fuite, qui en plus nous fait nous sentir minable, mais dans l'action. Affronter la réalité, faire ce qu'il y a à faire, c'est la seule chose qui nous donne une emprise sur notre vie, et le pouvoir de changer.
Je sais que tu dois accomplir tes propres expériences et réaliser tes propres erreurs,
mais vraiment
je serais heureuse si tu pouvais bénéficier un peu des miennes
et attendre moins longtemps pour comprendre que l'essentiel
au théâtre de la vie,
ne se passe pas dans les rangs des spectateurs,
ni même sur la scène.
Ce qui compte, c'est d'être l'auteur de la pièce.
Alors aime-toi comme tu es, accepte tes faiblesses, tes peurs, tes doutes, et fais ce qu'il y a à faire.
Prends le risque d'être toi-même
et même d'être seul parfois
c'est toujours mieux que de passer à côté de sa vie.
Aussi,
rappelle-toi que je t'aime
et que je serai toujours là pour toi.
Souviens-toi que,
si tu es seul,
ou si ça craint,
tu peux toujours rentrer à la maison.
Mais n'oublie pas non plus
que je n'accepterai pas tout par amour.
Même de toi.
Ce serait dégradant pour nous deux.


dimanche 1 janvier 2012

La deuxième séance


Bon choix.
Certes Audrey Tautou est de plus en plus décharnée
mais comme elle est d'une telle  grâce juvénile et lumineuse
on lui pardonne.
Elle incarne son personnage au sens propre
c'est-à-dire qu'elle lui donne chair
un comble pour quelqu'un qui n'a que la peau sur les os.
Le couple qu'elle forme avec François Damien
amoureux c'est...
Ben allez voir, le cinéma, c'est mieux sur grand écran.
Et bonne année à tous.