dimanche 9 février 2014

C'est pas encore la lutte finale...Hélas !

Ce soir ami lecteur,
si tu as du temps à perdre pour avaler des couleuvres,
tu regarderas sûrement cette émission soi-disant économique,
mais tout à fait inutile et qui ne sert a à rien,
j'ai nommé Capital,
la daube du dimanche soir d'M6.

Je vais te faire gagner du temps.
La spécialité de ce soi-disant magazine d'investigation,
c'est de secouer tous les marronniers possibles (aka les sujets qui reviennent régulièrement dans les médias : les régimes en avril, les illuminations de Noël en décembre, la rentrée à la rentrée...)
 pour alimenter les conversations quand on ne sait plus quoi dire sur la météo
(à part qu'ici, je pense que je vais créer une rizière).

On va donc te démontrer que tu devras encore plus te serrer la ceinture
si tu ne veux pas être personnellement responsable de l'échec du plan de l'Etat, consistant à économiser 60 Mds€ sur les 4 années à venir.
Mais coupable, tu l'es déjà, si tu es PD, juif, comme moi tu es fonctionnaire,
car,
ce soir comme toujours,
on te passera en revue tous ces avantages qui
de la sécurité de l'emploi aux vacances grassement rémunérées,
coûtent un rein chaque année au contribuable.
Ou comment continuer à dresser les Français les uns contre les autres,
au lieu de leur apprendre à coopérer.
Tout ce que j'aime donc.

Il faut dire que la ceinture, perso,
je n'en peux plus de me la serrer,
avec mon traitement qui diminue régulièrement depuis deux ans,
et mes frais toujours pas remboursés depuis septembre (plus de 1 000 euros)
et que le mauvais esprit me gagne.
Oui, Sarkozy en rêvé,
Hollande l'a fait.
Moi président, je suis un homme comme les autres :
je pense aussi avec ma bite,
et je te ferai payer les croissants de mon petit-déjeuner,
pendant que tu trimes.

Ce n'est pas que je me trouve particulièrement à plaindre.
C'est juste que devant toute cette vacuité des discours et des politiques,
la lassitude m'envahit parfois.

La ceinture, on peut bien y rajouter des trous et serrer encore, et même supprimer ces parasites de fonctionnaires,
se faire carrer l'austérité plus profond encore,
la vérité c'est que la dette publique, on n'en viendra jamais à bout.
D'où me vient ce subit coup de calgon ?
Des travaux très peu encadrés du baccalauréat de mon fils
(que soient remerciés ici les généreux contributeurs qui ont pris le temps de répondre à son questionnaire, ça a bien aidé)
Le sujet c'était "Monnaie, banque et crise"
ou comment les banques, par le système de création monétaire, créent la crise ...

Là, ami lecteur, je te le dis tout net,
si tu ne veux pas finir la soirée déprimé, cesse ici ta lecture
et va vérifier que ton fils ne s'est pas emparé du rouge à lèvres de sa mère,
et ta fille de la boîte à outils,
sujet hautement prioritaire s'il en est.

Pour les autres,
je m'efforce de résumer ce à quoi je ne cesse de penser depuis que j'ai lu et relu ce devoir.
Non, la lutte des classes n'est pas obsolète.
Je dirai même, nous vivons une nouvelle féodalité.

La monarchie de droit divin est morte
vive la dictature de droit économique !

On a même de nouveaux chouans : des bonnets rouges prêts à manifester pour les patrons, 
les employés de Sanofi pour que la Doliprane ne soit pas remplacé par des génériques...

Je m'énerve pas, j'explique...
Économiser 60 Mds€ en quatre ans,
c'est un petit peu comme pisser dans la Creuse pour la faire monter.
Pourquoi ?
Parce que la dette publique, dont on nous rebat les oreilles pour justifier tout et n'importe quoi,
génère
en France
chaque année plus de 50 milliards d'euros d'intérêts.
Et chaque année, l'Etat doit s'endetter de nouveau, non pas pour nous payer, nous, ces pourris de fonctionnaires,
mais
juste pour payer ces intérêts.
Donc il reprend du crédit, donc il génère de nouveau intérêts.
You see what I mean ?
C'est simple, l'Etat est un gros bourrin qui s'est embourbé dans un crédit revolving,
celui qu'on se tue de dire aux ménages de pas le prendre
que sinon ils vont se surendetter,
vu que t'arrives jamais à rembourser le capital,
puisque tu rames sans arrêt (dans le sable)
pour payer les intérêts.
La dette se nourrit d'elle-même.
J'invente rien, on a tout pris sur le site de la très officielle Agence France Trésor,
celle qui est payée pour gérer ce gâchis
(quand j'avais un vrai travail, c'est-à-dire avant d'être fonctionnaire, j'étais juriste,
je vais te les trouver moi, les fonctionnaires qui servent à rien)
« l'Etat emprunte chaque année pour financer son déficit et pour rembourser les emprunts passés arrivant à échéance. »
« La charge de la dette est l’ensemble des dépenses de l’État consacrées au paiement des intérêts de sa dette. Dans la loi de finances 2013, elle s’élève à 56,14 milliards d’euros en crédits de paiement, soit 14,19% du budget de l’État. Le paiement des intérêts de la dette représente ainsi aujourd’hui le troisième poste de dépenses de l’État. »
Donc, fin 2010, la dette publique française était de 1 591 mds€ : elle avait augmenté de 1 348 Mds€ depuis 1979, alors que, dans le même temps, le montant des intérêts cumulés était de 1 408 Mds€.
Non seulement il est mathématiquement impossible de la rembourser, même en réduisant constamment les dépenses, puisque ce ne sont pas ces dépenses qui l'alourdissent ; mais en outre la réduction des dépenses contribue à la récession. (Extrait du TPE de la chair de ma chair)

Tu as bien lu : plus de 90 % de la dette, ce sont des intérêts, et des intérêts d'intérêts.
Tu comprends pourquoi les croissants me restent en travers de la gorge, là ?

Mais comment se fait-ce
me diras-tu
lecteur atterré ?
Il faut d'abord que tu saches que,
contrairement à ce que tu crois,
(puisque tu l'as majoritairement  écrit dans le questionnaire)
ce n'est pas l'Etat qui crée la monnaie,
et pas non plus les banques centrales.

Non, ce sont les banques privées.
Ouai.
Chaque fois qu'elles accordent un crédit, à un particulier, une entreprise, un Etat,
elle créent de l'argent, par un simple jeu d'écriture.
De l'argent qu'elles n'ont pas en dépôt,
va pas croire qu'elles prêtent l'argent qu'on leur confie...
Donc, toi, moi et l'Etat,on leur paie des intérêts, pour qu'elles nous prêtent de l'argent qu'elles n'ont pas.



De temps en temps quand même,
quand elles prêtent trop d'argent qu'elles n'ont pas,
elles en empruntent elles-mêmes aux banques centrales,
c'est-à-dire la Banque centrale européenne en ce qui nous concerne.
On appelle ça se refinancer.
Et là-dessus, comme de juste, elles paient des intérêts,
enfin, c'est-à-dire qu'en vrai,
c'est nous qui les payons.
Donc, toi, moi et l'Etat, on paie deux fois pour qu'elles nous prêtent de l'argent qu'elles n'ont pas.
Ça, ça s'appelle la création monétaire par le crédit.
Les pièces, les billets, c'est de la roupie (jeu de mot) de sansonnet à côté de ça, pas même 5 % de la monnaie...



Tu me suis toujours ?
Avale le croissant, je continue.

Tout a commencé avec la privatisation de notre création monétaire - remercions le combo Giscard / Pompidou (ex-administrateur de la banque Rotschild))
Évidemment, ça s'est bien aggravé avec le système monétaire européen.
Je ne parle pas de l'euro lui-même, mais du système qui oblige les Etats à emprunter sur les marchés financiers privés, lesquels sont seuls habilités à se refinancer auprès de la BCE. Moyennant quoi, on paie deux fois les taux d'intérêt : aux banques privées + ce qu'elles paient à la BCE.
Avant, l'Etat empruntait à la banque de France, c'était gratuit.
La dette publique, y en n'avait pas.



L'intérêt, soit-disant, c'est de nous préserver de la chauffe de planche à billets et de l'inflation.
Laissez-moi rire : depuis la mise en place de l'euro, on paie, en monnaie bleue étoilée, les mêmes montants qu'en francs. C'est-à-dire que les prix ont été multipliés par 7... mais pas nos salaires.
Et, prolétaires de tous les pays unissez-vous*, c'est la même chose aux Etats-Unis...

Tu veux du beurre ou de la confiture,
pour faire glisser ?






------------------------
* Tu savais que l'anagramme de Front populaire, c'est Flop prolétaire ?


4 commentaires:

dany a dit…

" Coline s'énerve " et comme tu as raison ; comme on nous prend pour des c..s !
Et merci pour tout ce que tu as dit ; j'ai TOUT compris ( tu devrais être ministre des finances , ce serait bien pour les français ! ) et je partage tout ce que tu as écrit .
Et en plus tu l'écris et le dis si bien !
Bravo pour cette colère tout à fait justifiée ;
Mais , dis-moi que pouvons-nous faire ??????
Je me la pose souvent cette qst mais je n'ai tjrs pas de réponse ........
La guerre de fric est déclarée !!!!!!!!!!!

Barbara a dit…

je lirai demain(ou ademain)
orages

mais déjà merci pour celui là et les autres
et les réponses au devoir demandées

ps déjà je peux témoigner pour sécurité de l'emploi du fonctionnaire non elle n'est pas garantie
suffit de tomber(...quel terme) malade

Coline a dit…

@Dany : une chose qu'on pourrait faire, mais qu'on fera jamais, c'est d'aller tous réclamer nos avoirs en même temps dans les banques.
Une autre, c'est de suivre ce que propose la petite canadienne de 12 ans dans la dernière vidéo.
si t'as le temps, prends le temps de toutes les visionner, surtout celle en 4 parties...

Geneviève a dit…

A regarder aussi... commentaires bien interessants parfois
http://vimeo.com/1711304