jeudi 14 septembre 2017

Coup de pagaie

Je sais pas si c'est l'effet du cours bihebdomadaire de body combat,
ou la pratique mentale assidue du coup de pelle,
mais il paraît que j'ai un sacré coup de pagaie...

Sur l'eau lente du bayou, seule ou accompagnée, je prends conscience
que le compte à rebours a commencé,
que c'était ma dernière rentrée sur ce bord,
que c'est mon dernier mois de septembre, mon dernier début d'automne.

La fraîcheur s'installe la nuit, il n'y aura bientôt plus de taons, et moins de moustiques.
Ce serait le bon temps pour aller camper, monter les chevaux à la pleine lune...
Parfois la mélancolie me gagne.

Je dois souquer ferme pour revenir dans le présent.






Attendre que tout se mette en place, une évidence,
comme l'eau qui coule dans le bayou.
Et se lisser glisser dessus...

10 commentaires:

Barbara a dit…

♥ bisous

Sécotine a dit…

Il faut bien commencer à commenter un jour ... je viens souvent par ici, c'est très dépaysant et ça me change beauuuucoup de ma Bavière actuelle ;-)
J'aime les photos que tu postes, ça me fait rêver, les moustiques et les taons un peu moins ! Quand j'ai dû déménager la dernière fois, j'ai commencé par avoir des regrets par rapport à toutes les choses que je n'avais pas réalisées, et puis je me suis retournée, et je me suis rendue compte que j'avais quand même sacrément progressé ! J'ai décidé de me demander "pourquoi pas ?" au lieu de "pourquoi ?", et la perspective que l'avenir m'appartenait a fini de me ravir. Des bises !

Coline a dit…

Merci pour ce coming out !
Un couple d'amis ici m'ont appris ça aussi : il n'y a pas de pourquoi, seulement des pourquoi pas...
et ça change le regard qu'on a sur les événements, c'est vrai.
J'ai toujours l'impression que l'heure tourne, que la vie passe de plus en plus vite...
J'avais beaucoup de lointaine tristesse enfouie au fond de moi, et je crois bien que les couches profondes sont en train de s'extirper définitivement.
Je dois encore patienter un peu.

J'ai vécu en Bavière, il y a pfffff.... longtemps. J'aimais bien. Ça a marqué le début d'une longue résilience.

leyleydu95 a dit…

Merci Sécotine pour ce premier commentaire et ton intervention qui me fait me questionner sur le "pourquoi" et sur le "pourquoi pas"?
C'est la logique même et pourtant je m'en éloigne fréquemment!
Merci et bises à vous deux !

Barbara a dit…

→il n'y a pas de pourquoi, seulement des pourquoi pas...
j'aime beaucoup

→je crois bien que les couches profondes sont en train de s'extirper définitivement.
tant mieux

(car oui tu as une des sacrées doses quand même .... du peu que tu as partagé)

→ pas "vécu" mais je connais "bien" aussi

Geneviève a dit…

"Pourquoi?" et plutôt "pourquoi pas ?", ça me plaît bien aussi...

J'aime aussi "souquer ferme" pour "REVENIR DANS LE PRÉSENT".

J'ai du chemin à faire...

Cécile Lavergne a dit…

"Parfois on regarde les choses telles qu'elles sont en se demandant pourquoi...Parfois on les regarde telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas..."
Voilà mon mantra de ses derniers mois ma Nicole! Je t'embrasse bien fort!

Geneviève a dit…

C'est la chanson de Vanessa paradis ça... "Parfois on regarde..."

J'aime bien, oui, c'est ça l'idée...

Coline a dit…

Je l'adopte. ...
Gros bisou

Barbara a dit…

c'est "il y a "
https://www.youtube.com/watch?v=hm7z_NCCZWk
bonne semaine de tous les possibles @Coline