mardi 12 septembre 2017

Mes amis, mes amours, mes emmerdes....

Badgers...



Tu saisis le message subliminal ?
Il m'a écrit.
Il a finalement sorti son violon et fait des arrangements sur deux chansons de notre projet au point mort depuis un an et demi.
Il  propose de passer me voir pour qu'on les travaille...
Il me raconte un truc sur un de ses camps, où on aurait pu s'établir depuis longtemps pour un peu plus d'intimitéet il termine avec Becs...
Un peu comme si rien ne s'était passé...

Autant te dire que j'ai bu du petit lait...

Je l'avoue, je suis encore très curieuse de ce qu'il fait sur scène (sur laquelle il est objectivement impressionnant), et d'entendre ces arrangements sur MON projet.
Pis  j'ai eu un moment envie qu'il vienne juste pour le plaisir de le faire déplacer.

Mais j'ai laissé passer la journée et cette petite idée de revanche s'est évanouie.
Je me suis contentée de lui répondre en anglais,
langue qu'on n'a jamais utilisée entre nous,
que ce n'est la peine de gaspiller ni son essence, ni mon temps.

Je pense que cette fois, il ne réécrira pas.
Et c'est tant mieux.

Et moi ce soir, en pagayant dans le bayou derrière chez moi, je regardais ces paysages dont je ne me lasse pas, découverts bien souvent avec lui.


Beaucoup de très bon moments, mais souvent du chagrin aussi.
Et même une forme de culpabilité, un peu comme si c'était mal d''attendre de la tendresse et de l'attention.
Je me repassais, le souvenir des rires de mes invités d'hier, des jeunes d'humeur toujours positive,
qui s'éclaboussaient joyeusement dans la lumière de la fin d'après-midi.




On peut dire que les deux compagnons de mes collègues, chacun dans leur genre,
ne font qu'accroître mon niveau d'attente : oui c'est normal de s'envoyer des petits mots gentils, de communiquer souvent, d'avoir des gestes d'affection gratuits, de se manquer quand on est loin....
Les jugements de valeur là-dessus, ça sert juste à justifier un comportement ... de blaireau.
Et encore, je me demande si c'est pas faire insulte à cette espèce,  quand tu vois que même eux sont capables de se  faire des câlins...

Quant à ms emmerdes, ce sont surtout celles du Kid, qui attend toujours un véritable diagnostic pour son genou, et n'a pas vu s'ouvrir les portes du DUT qu'il voulait, sur la liste d'attente duquel il est toujours premier.
Je ne souhaite de mal à personne, mais si une personne doit abandonner, qu'elle n'attende pas le mois de février : cette semaine ce serait bien.
Ste Rita, je te réexplique pas, tu sais quoi faire...




6 commentaires:

DoMi a dit…

Je pense très fort à toi (et à ton loulou)…

Cécile Lavergne a dit…

Bien!! Très bien!!! Tu es trop forte!!! Gros bisous
Ps: si ton fils a besoin de qque chose, on est là!

Coline a dit…

Merci ma Cécile. Il aurait besoin d'un peu de chance surtout....

Barbara a dit…

Pensées+++++++

Manon a dit…

Tu as bien d'attendre. Tu as bien fait de lui fermer la porte.
PS : Le couteau suisse devrait être la norme. ��
Bisettes et à tout bientôt, il est parti lundi pour 7 semaines... ����

Coline a dit…

7 semaines, c'est long...