mercredi 25 avril 2018

The good Lord bless your year

C'était la dernière valse de ce long week-end de contradance à Dallas.






Mon cavalier, un grand type sans âge, venu tout droit du Kansas,
avec sa voix douce, m'a souhaité un bon retour,
et il a ajouté : "The good Lord bless your year".
J'ai senti les larmes monter, puis refluer.
J'ai jonglé, en souriant "s'il pouvait commencer par bénir mon char déjà..."
 (vu que je ne suis toujours guère avancée sur ce point...)

C'est le temps des derniers moments, des au revoir, des peut-être.
Le temps d'ouvrir grands les yeux pour que s'y précipitent les souvenirs du bord de la vie farouche...





Cést drôle, cette bénediction venue du Kansas.
Dorothy est aussi du Kansas.
Elle pense que le bonheur et la perfection sont quelque part au-delà de l'arc-en-ciel.



Et à la fin, elle réalise que,
there is no place like home.



Moi aussi j'aimerais claquer les talons de mes chaussures rouges.
Mais home pour moi, éyou c'est asteure ?


11 commentaires:

Barbara a dit…

tu vas trouver
ça va être là maintenant
là où tu va te sentir bien sereine apaisée grandie

Barbara a dit…

ps très jolies photos j'aime bcp la 2 (chemin)

Bénédicte a dit…

Que c'est dur les changements, ces périodes de transition, quand il faut lâcher sa sécurité, pour se jeter dans le vide ! A l'accrobranche, impossible de faire ça. Ca résume ma vie.

Essaie de te projeter dans un an, et d'imaginer le regard que tu porteras sur ce moment. Tu souriras, parce que tu seras bien ! Dans un jardin, en bonne compagnie de tes fils, ami.e.s, amoureux etc.

Partir était si courageux, revenir sera plus simple :-)

Amitiés,
Bénédicte

Barbara a dit…

des bisous en passant

Geneviève a dit…

Partir était si courageux, revenir sera plus simple :-)

J'AIME cette jolie phrase de Bénédicte... C'est très vrai je crois !

Toujours tes très belles photos d'un très bel endroit... Merci !

Coline a dit…

C'est à Dallas, qu'à ma grande surprise j'ai trouvé vert et bleu....

Coline a dit…

Ta dernière phrase est bien jolie. Me projeter dans un an ? Un exercice presque impossible pour moi. Mais si je me sens un peu mélancolique parfois, j'avoue que j'aime assez ce trouble délicieux de l'entre deux.

Coline a dit…

Avec plaisir.
Prévois tu un nouveau périple à pied ? Et ce camion de crêpe ?

Geneviève a dit…

Un nouveau périple à pied ? Pour l'instant non malheureusement même si l'envie et les lieux à arpenter ne manquent pas !
Heureusement, je marche presque chaque jour ("je bats la campagne" autour de chez moi ;) )...
Le camion de crêpes c'est non maintenant mais ce n'est pas grave, j'ai appris un nouveau métier, c'est déjà très bien !

Barbara a dit…

bon weekend Coline♥

Barbara a dit…

bonne semaine