dimanche 8 mars 2015

Les p'tits pansements

Tu te souviens du pansement n°2 ?
Attendre que ça passe...

Hier,
je suis allée chercher ma Polo,
et le vendeur, mari d'une collègue,
m'a aidée à revoir mon annonce pour Berlingo chéri,
pas encore vendu.


On a revu le prix,
l'annonce,
la photo,
et il a dit "essayez déjà comme ça,
si ça ne marche pas, revenez me voir,
on vous le rachètera."
OK, un peu moins cher,
mais c'est quand même un sacré filet de sécurité,
parce que dans 30 jours, faudrait que je le réassure, et c'était pas trop le plan....

Rentrer de Paris,
la voiture pleine de covoitureurs,
m'a donné l'occasion de rencontrer Sébastien,
qui m'a parlé de cette petite part de divin que nous portons en nous,
une petite étincelle,
qui parfois s'embrase pour faire de quelques élus des prophètes.
Sébastien devait aller à la gare,
assez loin du point de dépose.
Un peu gênée du refus de l'autre passagère -que quelqu'un venait chercher- de le dépanner,
j'étais embêtée: "j'espère que ce sera pas trop galère".
Et il a répondu "c'est galère quand on décide que ce le sera, sinon, ça ne l'est pas".
Quelques minutes plus tard, il m'a envoyé un message :
"C'est pour vous rassurer, j'ai trouvé juste quelqu'un qui passait et qui m'a conduit à la gare".
Qu'est-ce que j'ai apprécié ce petit signe de prévenance.
Dans la voiture, il m'avait dit "vous allez partir c'est sûr", c'est nous qui attirons les bonnes ou mauvaises choses.
Je sais pas si c'est vrai, mais j'ai envie de le croire.
La petite étincelle de divin, le mantra de Ste Rita,
tout est bon dans les pansements...


3 commentaires:

Barbara a dit…

extra !
le collègue sympa
et la solution de secours

et la rencontre avec Sébastien sa prévenance les échanges les richesses

oui c'est certain ça va marcher


ps je voudrais dvpt mais je dois laisser l'ordi là

Emilie a dit…

Tu es en train de mettre toutes les chances de ton côté en tout cas ! C'est chouette ces rencontres, ces signes, je trouve ça encourageant.

Coline a dit…

Merci Emilie. Comme tu l'as écrit il y a quelques jours, moi aussi j'aurais bien du plaisir à vous raconter la Louisiane.