vendredi 11 mars 2016

Le Kid and myself

Ça a commencé aux vacances de Noël,
il a pleuré dans mes bras,
avant d'avouer que, non la fac, c'était pas la grosse motivation.

Pis je le voyais s'étioler de Skype en Skype,
tanné par l'échec, le manque de sens...
Là j'ai dit stop,
tu n'es pas à ta place, c'est clair.
Tu as voulu expérimenter la vie sans moi, 
et tu as eu raison,
il faut continuer,
c'est dans l'ordre des choses,
mais pas comme ça.
Tu ne vas quand même pas, toute ta vie,
faire un truc qui ne te plaît pas, et dans lequel tu ne peux pas réussir 
justement parce que ce n'est pas pour toi.

Comme beaucoup de jeunes de son âge,
il ne sait pas ce qu'il veut faire,
n'a pas de vocation, pas de passion.

- Tu es sûr ? Réfléchis bien...
- J'aime les voyages, et le sport..

Alors c'est ce qu'il faut faire, 
déployer tes ailes et partir.

Il est en train de passer son permis finalement,
de chercher un job pour cet été,
d'étudier ses propres projets d'expatriation,
un Service volontaire européen,
un Visa travail vacances au Canada,
un autre en Australie.
Peut-être enchaîner les trois.
Mais certainement pas continuer en Administration économique et sociale l'an prochain...

Tout prend du sens : la vente de la maison, les petites cagnottes, le voyage aux Etats-Unis, mon départ pour la Louisiane...
Je suis contente d'avoir fait en sorte qu'il puisse avoir une mise de fond pour son départ.
Et de pouvoir lui offrir un billet pour qu'il puisse me rejoindre la première quinzaine de juin,
qu'on rode un peu ensemble ici ou là.

Moi,
plus que d'un prince charmant, 
c'est de ça que j'avais envie,
je me sentais triste de profiter ici pendant qu'il se morfondait là bas.
Mais il fallait en passer par là je crois,
et, en attendant
on a regardé ça,
une jolie découverte que je vous conseille.


-----------------
Sinon je suis sûre que vous brûlez d'impatience de savoir si le bon de Barbara est déjà échangé ?
Je ne saurais dire en fait.
Je vais déjà faire du tourisme au Tennessee,
dont je pressens que c'est un Etat qui gagne à être connu,
et si j'ai de la chance,
à mon retour en juin,
j'irais visiter Bruges et Gand,
deux villes que j'ai vraiment envie de découvrir dans la douceur de l'été,
avec un chouette type.

Avec l'un j'apprends le choc culturel américain.
Est-il utile de re-préciser que face à la concurrence, je passe mon tour ?
J'ai pas du tout l'intention de prendre part à la compétition.

Avec l'autre je fais l'expérience de la patience, du silence et de cette forme de légèreté
qu'on éprouve à ne pas être engagée, 
à juste prendre la vie comme elle vient,
sans qu'aucun n'exige quoi que ce soit de l'autre.

Allez, ne soyez pas déçus,
à la fin, si je gagne deux amis, 
au lieu d'un amant,
peut être que, finalement, j'aurais la meilleure place...
J'ai mal nulle part,
même pas au cœur,
et je suis très très curieuse de la suite des événements.
Faut dire aussi que les vacances seront de grand air et de danse,
et que ça c'est bon !...

6 commentaires:

Barbara a dit…

c'est faire preuve d'une grande sagesse et d'un grand amour à Toi
d'avoir su l'accepter,
tous les 2 d' ouvrir les yeux et d' être capable de renoncer pour repartir différemment

c'est une grande chance qu'ils ont tes enfants d'avoir une mère comme toi qui malgré les "miles" reste proche d'eux et ressent leurs émotions dans ses entrailles

bonne route à ton kid
oui il va trouver sa voie


et en effet un film qui a dû être fort en écho

pour le reste ...je suis heureuse de ton état d'esprit et ta philosophie de vie de la façon dont tu vis les choses
vraiment il me semble ('même si tu dois aussi garder des jardins secrets et que c'est sans doute pas toujours aussi "rose" )
que ch jour tu te découvres et t'épanouies de plus en plus
que tu Vis

non ?

Coline a dit…

Merci pour ce très joli commentaire Barbara
(et merci de ton attention en général).

Oui c'est vrai je passe sous silence ce qui n'est pas digne d'intérêt,
je n'ai pas forcément envie d'écrire sur tout,
davantage de partager.
Je suis arrivée au bon moment de ma vie ici,
et je me ressens comme heureuse de vivre,
mais c'était aussi le cas ces dernières années en France.
Mais comme tu le remarques, et comme le vit Marie dans le film,
quand on part et que tout est bouleversé,
on se découvre soi-même, y compris quand on pense qu'on se connaît bien.
Je suis vraiment heureuse que mes enfants puissent avoir cette opportunité à 18 ans au lieu de 55... C'est ça aussi qui fait que la vie s'améliore au fur et à mesure des générations : la capacité qu'on a d'aller au-delà de sa propre expérience ...

Geneviève a dit…

Merci pour ce film (la bande-annonce) ! Mes twins de 28 ans vont l'apprécier, c'est sûr...
Même "ressenti" que Barbara sur les relations que tu sembles vivre avec tes garçons.

Barbara a dit…

merci beaucoup Coline pour ton commentaire
si juste et sage à nouveau

Emilie a dit…

Je pense que tu es partie quand c'était le bon moment pour toi de partir, parce que tu sais, on peux aussi voyager à l'autre bout du monde pour fuir et transporter partout ses problèmes avec soi. Alors que toi, tu avais fait déjà un grand chemin avant ton départ ; et tout ça, c'était drôlement mûri et tout. Les jeunes gens ont sans doute d'autres opportunités, et c'est très bien, mais ils n'en retireront pas la même chose parce qu'ils n'en sont pas au même stade. Tu ne crois pas ?
Ça me touche beaucoup, ce que tu dis par rapport à ton fils, et le commentaire de Barbara.

Coline a dit…

C'est vrai on n'a forcément pas le même parcours de vie à 18 ans et à 55 ans, donc ce sera différent... mais au bon moment aussi.