lundi 22 mai 2017

L'effet misère de Facebook

Samedi, comme un collègue avait envie de venir faire du kayak par ici,
 j'avais organisé, comme j'aimerais le faire plus souvent, un potluck chez moi.
Ça veut dire, comme son nom l'indique "à la fortune du pot".
Chacun apporte un truc, je gère pas grand chose, je fais comme les américains, qui abordent ça très simplement.
Le truc c'est de pas prévoir trop grand et de se partager les restes.
Et je viens de réaliser une différence de point de vue assez étonnante,
largement liée à mon avis, à ce que j'appelle l'effet misère de Facebook.

Un effet misère c'est quand tu vois tous ces gens qui ont l'air de s'éclater quand toi tu rames,
qui passent toutes leurs vacances dans les Caraïbes, ou qui semblent boire des coups sans arrêt,
sans toi, bien sûr, vu que t'es bien loin et que la plupart de ces gens n'ont même pas idée que tu existes.
C'est très important de pas faire défiler le journal sans arrêt et surtout de ne rien prendre personnellement, dans la mesure où même si tu vivais plus près, et même si on t'invitait plus souvent, t'irais pas écluser quotidiennement bière et margharitas....

Deuxième effet misère que je viens de découvrir : pour gérer plus facilement, je crée un événement Facebook, j'invite une vingtaine de personnes pour que viennent 5 ou 6.
Je serais la première emmerdée si les 20 se pointaient et qu'il faille mettre un tonneau en perce...
Pourquoi je fais ça ? D'une part pour inviter systématiquement les gens sympas qui m'hébergent ou me rendent service, même s'ils n'attendent pas forcément un retour,
et d'autre part pour faire plaisir à tous ceux qui me disent "Oh, je suis jamais allé à Pierre Part -une des plus belle places de Louisiane, je précise- j'aimerais bien...".
Mais en fait non, car c'est à une heure trente de route, alors qu'en ville ils ont tout à portée de vélo.
Et je comprends.
C'est juste pour que ceux qui veulent et peuvent aient l'occasion.
J'ajoute hors du net, les gens que je croise tous les jours.
Au final, on est toujours un petit groupe à géométrie variable, et on passe un moment cool et lent.
J'aime bien.


Je peux cuire dehors parce qu'il fait très chaud.




Sauf qu'en voyant les "oh sorry je peux pas venir", "désolé", etc,
je me suis dit, mais qu'est-ce qu'ils ont tous à s'excuser comme ça ?
Limite s'ils me tendaient pas un mouchoir virtuel.
C'est pas un dîner formel (que j'aurais pas invité sur FB du reste)...
C'est là que j'ai réalisé que, sur FB, on voit que sur 20 personnes invitées, deux seront présentes (dont moi ah ah !) et que donc les gens se disent, la pauvre elle va se retrouver toute seule.
Surtout vu la météo qui annonçait des orages..
tu vois un peu le déjeuner de la lose....

Bon enfin c'était chouette, et quand tout le monde est parti, avec Denis, on a mis les kayaks à l'eau juste devant la maison, et on a pagayé à droite.
Heu on est partis un peu vite peut-être, il a oublié de mettre sa carte dans son appareil photo...




On s'est levés super tôt ce matin, et on est repartis, avec la carte cette fois ci, et lui son téléobjectif,
moi... mon téléphone...




En repartant à Lafayette, il m'a dit "tu as vraiment de la chance d'habiter là, moi faut que je fasse au moins 20 ou 30 minutes de voiture pour arriver sur un site comme ça ".
J'ai dit "merci Denis, je repenserai à cette phrase quand mon coeur jouera le blues de la solitude".

Et j'ai repensé à ce post d'il y a tout juste deux ans,
quand javais conclu qu'à mon avis, Pierre Part, faut le voir sur soi et que toute cette eau, ça allait me plaire.
C'est le cas...
Peut-être qu'il y a un prix à payer pour voir ce qui reste inaccessible au plus grande nombre.
Non, c'est pas tellement ce que je voulais, que j'avais imaginé.
C'est juste différent.



Les deux dernières photos sont de Denis Marmier, son téléobjectif et son tout piti kayak...

6 commentaires:

Barbara a dit…

merci

Silentmilk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
laitfraise a dit…

Moi je reviendrai avec plaisir ! J'ai trouvé ça très beau par chez toi, j'ai trouvé ça très agréable cette après-midi, je ne regrette pas la route aller et retour sous une pluie battante ! (Alors qu'au Pierre Part il faisait beau !)

Et pour Facebook, c'est pour ça que ça me fatigue, ça n'est juste qu'un défouloir pour ego en mal de reconnaissance à base de "regarde ma vie elle est mieux que la tienne"... mais qu'est-ce qu'on en sait en fait...

Coline a dit…

Tu as raison, c'est un fabuleux outil de partage, de contact et de communication, à condition que ça ne remplace pas les vraies relations..
Et il ne convient ni aux egos surdimensionnés ou fragiles. ..

Aline a dit…

Je n'ai pas facebook, et franchement, à ne plus faire défiler le fil de celui de mon homme comme je le faisais il y a un moment, je ne m'en porte que mieux. A part perdre du temps (on a toujours l'impression qu'on va rater un truc si on ne va pas voir encore un peu plus loin, sait-on jamais, il est 23h30 et j'ai pas préparé ma journée, mais faut qu'j'aille voir !!) et se démoraliser, je ne vois pas l'intérêt...

Belles photos, sinon, c'est vrai que ça donne envie, mais désolée je n'irais pas jusqu'à toi pour ça, je pense qu'en France il y a suffisamment de coins sympas à découvrir pour moi pour l'instant. ;-)

Coline a dit…

Surtout avec une petite famille.
La France est déjà un territoire magnifique.
Les photos c'est pour vous montrer !
D'ailleurs c'est pas étonnant que les Français se soient si bien adaptés ici. Beaucoup venaient du Poitou... D'ailleurs on dit le mèche pour les marécages....