lundi 7 octobre 2013

Le temps qui reste

Trudi vient de nous écrire :"elle n'a pas supporté l'arrêt des anesthésiants,
et elle n'arrive pas à respirer seule."
Pourtant, hier, elle avait reconnu la voix de sa sœur, mais sans sortir du coma.
Quelques heures auparavant, on l'avait trouvée sans connaissance dans la chambre d'hôtel où elle passait ses vacances.
Un AVC.
Trudi a ajouté "c'est une question de jour, ou de jours."
Et moi, je revois son sourire brillant,
et les petits matins d'Embraud, quand on se lève les premières, pour nettoyer la salle en vitesse, et terminer la vaisselle, préparer du café, sortir les bols du petit déjeuner.
Elle a les joues fraîches d'avoir promené son chien.
Elle est à peine plus âgée que moi,
et je me souviens d'une conversation cet été :
- "Oh, moi tu sais, je suis déjà en retraite depuis un moment.
- Mais c'est pas possible, tu es si jeune encore.
- Oui, mais j'ai élevé un enfant handicapé. J'avais assez pour arrêter, j'ai arrêté."
Et elle a eu bien raison.
Elle a couru le monde, marché, voyagé.
Elle était là les soirs et les matins de fête.
Et maintenant qu'il lui reste si peu de temps, j'enrage de cette injustice qui nous enlève son sourire joyeux, sa bonne humeur solaire, sa gentillesse à toute épreuve.
J'ai de la peine,
mais je me dis qu'elle a bien vécu.
J'aurais voulu lui dire au revoir.
Je pense à elle, à sa sœur, à son fils...
Je pense à ma mère aussi.
Les gens partent en voyage, et voilà qu'ils ne reviennent pas,
ou pas pareils.
Non, sans elle ça ne sera pas pareil.
Il manquera toujours quelqu'un derrière nous dans le chœur.
Je ne veux pas qu'elle ait mal.





10 commentaires:

dany a dit…

♥ pour elle ; pour vous !

lorys03 a dit…

Oui, injustice : c'est ce qui me revient le plus en tête ces derniers temps, face à ces départs abrupts, et à ces naufragés involontaires qui,eux, ne demandent qu'à partir, enfin.
Injuste.

Barbara a dit…

malheureusement situation vécue aussi récemment avec plusieurs amis ou membres de la famille

avec des évolutions très différentes pour ces personnes
de la spectaculaire guérison sans aucune séquelle à de légers disfonctionnements
ou la mort "heureusement" suffisamment rapide pour éviter les souffrances

bon courage

bon courage

Geneviève a dit…

Alors je pense à toi et tes amis...

Pimj a dit…

Anne a dit…

Je suis passée, j'ai lu ...
je ne trouve pas d'autres mots ...

Coline a dit…

Elle se bat encore
Je ne perds pas espoir
Elle est forte

Barbara a dit…

oui

Pimj a dit…

Je lui souhaite de s'en sortir
Mais bien...

Barbara a dit…

pensées encore vraiment