samedi 28 septembre 2013

Voir plus loin

J'étais assise sur la terrasse,
tranquille,
je prenais un thé,
éblouie du soleil rasant de septembre.
Et je les ai vus descendre du Maupuy,
j'ai même cru qu'ils allaient atterrir dans le jardin.




Mon regard se portait au-delà de la haie,
et je me suis fait cette réflexion
que
quand on a un petit jardin bien entouré
si on regarde juste là-devant,
on voit un petit rectangle d'herbe et peut-être on pourrait éprouver une sorte de regret
au souvenir de l'immense parcelle qu'on croyait posséder avant.

Mais si on lève les yeux
pour regarder plus loin, plus grand,
on peut aller ramasser des prunes et des noisettes le long du chemin, devant la maison,
on voit les arbres des voisins,
ceux qu'on n'entretiendra pas, qui ne nous appartiennent pas, mais qu'on peut admirer quand même,
et puis la montagne qui appartient à tout le monde parce qu'elle n'appartient à personne.

Mercredi soir
à 18h00
j'ai signé l'acte de vente,
et j'ai donné les clés aux nouveaux acquéreurs,
et ça m'a fait plaisir pour eux.
Ils sont jeunes, sympa.
Ils sont heureux.
Moi aussi.

10 commentaires:

Barbara a dit…

que du Bonheur

Coline a dit…

je ne sais pas si c'est du bonheur
le bonheur ce serait quand même de rencontrer l'amour
en revanche c'est la sérénité
et ça c'est super bon...

Barbara a dit…

oui!
tes mots du bonheur

ps tout est possible (bis repetita)

Geneviève a dit…

C'est LE truc qui m'a fait du bien: que les gens qui ont acheté ma maison d'avant soient:
Sympas
amoureux de la maison
parents de twins garçon et fille comme moi (sauf que mes twins ont 25 ans et eux 4 ans). Ca me fait un immense plaisr que ces petits enfants mignons grandissent dans ce jardin génial que nous avons eu "avant"

(à part toute cette bonté d'âme, rencontrer l'amour je plussoie... J'aimerais, vraiment !)

Geneviève a dit…

J'oubliais, c'est le plus important... "Regarder plus loin" c'est vital. Encore un très beau texte Coline, merci !

La méli-mélo a dit…

Il y a longtemps j'ai moi aussi vendu ma maison c'est un passage de relais comme une nouvelle histoire qui va se construire dans des murs ou tu as construit la tienne. J aime bien penser ça.

Coline a dit…

@méli : oui, c'est un joli concept. Pourtant, je crois que je suis davantage dans celui de la page qui se tourne. En parcourant la maison vide les derniers jours avant la vente, je me suis aperçue que je n'éprouvais rien,. J'en suis un peu intriguée, mais bien contente aussi. C'est aussi un lieu où j'ai bien vécu, mais où je n'ai pas été très heureuse finalement, en tout cas pas dans le sens de cette joie intérieure que j'éprouve de plus en plus souvent. C'est la maison des nuits noires et angoissées.
Je commence à comprendre que ce qui nous rend malheureux, ce ne sont pas les situations ou les gens, c'est notre attachement au matériel.
Je ne sais pas si je m'explique bien. Mais par exemple, en renonçant à cette maison, je vois que ça coincide avec l'apaisement des relations avec mon fils aîné, probablement parce qu'elles étaient biaisées par ce fardeau à ma charge. Je me sens libre de mes décisions, de partir, de rester, de faire moins d'heures sup. Bref, pour moi c'est aussi la maison des chaînes, et le mot détachement est lourd de sens dans ce parcours.

Barbara a dit…

bon mercredi doux
tu as repris la prison ou trop de trucs?

Coline a dit…

prison, enquête publique, 2 h de route quotidiennes pour aller à Felletin,
crevée je suis..

Barbara a dit…

ça t'honore encore plus
bravo