samedi 20 février 2016

Mardi Gras t'en vas pas

La vie est faite de choix.
Partir ou rester .
Sourire ou pleurer.
Parader ou danser.
Il est temps que je vous raconte mon Mardi Gras,
puisqu'il est déjà passé et ne reviendra pas avant l'an prochain.

J'avais donc choisi d'aller à Lafayette,
parce que j'y ai une amie,
et que les amis c'est important,
surtout quand on est loin de chez soi.

Aussi parce que c'est une occasion d'aller chaque matin aligner 50 longueurs dans une piscine extérieure chauffée,
et que nager me manque beaucoup.



Et enfin parce que je ne me sentais pas d'être dans cette foule serrée à patienter longtemps,
après 2 heures de route (et retour ensuite).

Donc j'ai fait une croix sur les parades magiques et géantes de Nouvelle-Orléans,
où j'irai certainement l'an prochain,
et j'ai choisi un Mardi-Gras de danseurs.



King cake party géante



chez Gerry Sprangler
un sud africain qui a fait fortune dans les climatiseurs je crois,
et donc qui offre à ses invités un groupe de pros sous une halle à danser,





où tout est prévu,
même les mini étagères pour poser les boissons.



J'ai retrouvé avec plaisir Zydeco Joe,
93 ans,
l'accordéon, c'est bien bon...



J'ai adoré danser avec mon truc en plumes de Mardi Gras


Le lundi matin,
on était invitées à un petit déjeuner chez un type qui a construit sa maison tout seul
et ça m'a beaucoup impressionnée.
Il sait aussi cuire de la barbue (poisson chat) qui n'a pas un goût de vase,
et c'est presque plus impressionnant encore.
Le tout dans des poêlons de fonte,
qu'on utilise beaucoup icite.
Quelqu'un du reste m'en a prêté un (ça vaut une blinde) et franchement, c'est autre chose de cuisiner là dedans.



Notre hôte avait invité des copains d'enfance.

Il y en a un qui vient du Texas (lieu d'exil privilégié des Louisiannais en mal de travail)
et roule en voiture hybride.
Je découvre qu'il existe d'autres américains,
qui partagent les mêmes valeurs sociales que moi,
cuisinent ce qu'ils mangent,
et ont des sacs réutilisables dans leur coffre.
L'après midi, avec la brave petite hybride,
on est allés au
Fred's lounge à Mamou,
une place mythique de la danse ... et de mardi-gras.






Là j'ai eu la chance de faire la connaissance d'un danseur excellent que j'ai retrouvé le lendemain.
 à Iota,

pour attendre, en dansant, l'arrivée du courir.
Le courir c'est une tradition qui vient de France.
Les mardis gras déguisés, guidés par leur capitaine,  passaient de maison en maison demander la charité et récupérer de la nourriture pour faire un gombo géant le soir.




Aujourd'hui on lâche des poules qu'il faut attraper (en courant donc)
et qui ne sont pas à la noce
et dans ce coin là, ils imitent des chiens que l'on fouette...
Bon.





En arrivant en ville, ils demandent  5 sous, qu'on se fait un plaisir de leur lancer.
En fait, la meilleure place pour les courir,
c'est soit d'être dans la troupe des mardi-gras,
soit dans une maison où ils passent.

On peut dire aussi que dans un Etat très conservateur et traditionaliste comme la Louisiane,
Mardi-Gras c'est le moment où tout est permis ou presque,
y compris les blancs qui se déguisent en noirs (et les noirs en blancs...)






J'aurais bien voulu prolonger la journée à Eunice, paradis des danseurs,
mais mes covoitureurs n'étaient pas motivés.
J'ai quand même beaucoup dansé.
Maintenant j'ai à la fois la technique des pas et du groove,
et la stratégie pour trouver des danseurs,
autant dire que je ne m'ennuie pas.
D'ailleurs pour être franche,
j'ai bien apprécié mon petit fauteuil,
car oui,
moi aussi, pour la modique somme de 6 piasses,
je me suis offert le petit fauteuil pliant de festival,
qui présente au minimum l'intérêt de pouvoir poser tes affaires quand tu danses.



9 commentaires:

Barbara a dit…

quelles journées
riches de découvertes de rencontres de retrouvailles de danses de moments d'images de souvenirs engrangés ...
trop trop chouette

et ton sourire sur la dernière photo aussi

merci d'avoir partagés ces instants avec nous
ces fêtes ces traditions aussi (c'est original quand même ces colliers !!)
je t'embrasse fort!

Barbara a dit…

c'est super bon le poisson chat très fine la chair hummmmmmmmmmmmm

Marité a dit…

Rooh, quelle ambiance... et on sent que faire la fête fait partie de la culture américaine. J'aurais bien voulu y participer...
GROS BECS Coline

Mamina a dit…


Dès la première photo mon intention était de te demander si tu t' étais acheté aussi un de ces fauteuils pliants tout rigolo !
Et voilà j'ai eu la réponse !
Ben dis-donc ! sacré Mardi Gras !
Bisous

Coline a dit…

@marité : la fête fait surtout partie de la culture louisiannaise, d'après les autres américains que je connais. Je veux dire, ce genre de fête...

@barbara : la barbue comme on dit ici, se mange souvent en friture et sent souvent la vase... Mais pas là. C'était yummi !

Coline a dit…

@mamina : bon alors j'ai pas pris le modèle de compétition extra large avec repose pieds et appui-tête, pour ce que je m'assoie dessus...

Barbara a dit…

les très gros sentent la vase mais les petits non

du moins ici

miam (je redis!)

Coline a dit…

aaaaaaah ! c'est ça ! bon tuyau alors, je vais en acheter et en cuisiner, mais des petits...

Barbara a dit…

ici poisson-chat(à ne pas confondre avec le silure) est considéré comme nuisible et sa remise à l’eau est interdite
(tout comme celle de la perche soleil ---les écrevisses de Louisiane les tortues de Floride...)
beaucoup les jettent justement alors que c'est bons !