lundi 21 mai 2012

La clé des songes

Je cherchais la clé.
Frénétiquement.
J'en avais tout un trousseau, quatre clés dorées, de toutes tailles, et de toutes formes.
Je les introduisais une par une dans la serrure, et à chaque fois, j'étais certaine que c'était la bonne.
Je les ai toutes essayées, une par une.
Je procédais méthodiquement, reléguant au fur et à mesure, sur un arc de l'anneau qui les retenait, celles qui ne faisaient pas l'affaire.
La tout petite clé tournait presque à vide.
Impossible d'introduire la grosse clé.
Une longue clé plate s'enfonçait jusqu'à la garde, me laissant espérer que, cette fois-ci, ça allait marcher.
Mais las ! Elle ne tournait pas.
La clé ronde, ça ne pouvait être que celle-ci.
Pas davantage.
Impossible de déverrouiller ce satané tiroir.
Il le fallait pourtant : impossible de faire quoi que ce soit avant qu'il ne soit  ouvert.
J'ai recommencé plusieurs fois, toujours le même entêtement, à reproduire les mêmes schémas, les mêmes erreurs.
Je demandais de l'aide, mais personne ne venait : ça ne concernait que moi.
Épuisée, totalement désespérée, je me suis réveillée
et ça m'est apparu comme une évidence.
 

Désirer être heureuse, ce n'est pas la clé.


Cœur sous clé, bien caché
interdit de briser les scellés
de mettre la clé sous la porte
de réviser les amours mortes.

Verrouiller la clé d'accès
sur le clavier des jours passés
du bonheur clé en main
ne pas trop penser à demain

Conjuguer au présent
c'est le temps de la clé des champs
laisser la clé sur la porte 
et partir où le vent s'emporte.

Tombées à bas des nuages
les clés du paradis enragent
de voir les clés de sol en vol
pour s'accorder avant de jouer.

Épingler à la clé de voute
les étoiles du mois d'août
Mettre la clé de contact
Pour prolonger le dernier acte.

Clé à molette dans mes chaussettes
prête à me fracasser la tête
si jamais je sucrais les fraises
filer d'un coup de clé anglaise.

8 commentaires:

Barbara a dit…

Anonyme a dit…

i was doing time
in the universal mind

i was turning keys
i was setting people free

Coline a dit…

Then you came along
With a suitcase and a song
Turned my head along
Now I'm so alone

lorys03 a dit…

Il paraît qu'en psy, perdre ses clés, c'est perdre le contrôle...

Mais alors, si tu n'as pas la bonne clé, ta porte restera verrouillée ? Et tu seras où, toi, dedans, ou dehors ? Est-ce que tu chercheras une autre porte ?

Ma fille déteste l'expression "enfermé(e) dehors" : elle dit que si elle est dehors, elle NE PEUT PAS être enfermée...

J'aime ton poème.
Moi aussi je veux être heureuse.

Coline a dit…

Dans ce rêve,
je ne cherchais pas la clé d'une porte
mais d'un tiroir..
C'est encourageant non ?

Barbara a dit…

oui
moi je retiendrai la partie positive
je t'embrasse

lorys03 a dit…

Ah, je ne sais pas.
Tu veux ranger quelque chose ? changer ?
Un tiroir qui fonctionne, ça glisse, ça change de place.

Chez moi, un tiroir a un autre écho, terrifiant, parce que j'y étais couchée (et enfermée) bébé dans la classe de ma mère.

Ah ah, c'est sans doute pour ça que je l'ai lu comme porte !!

Naternelle a dit…

Et parfois, il est déjà ouvert le tiroir, on s'en rend compte quand on s'est calmé ... :)